Le 13 décembre 2012, le MEMRI publiait un rapport sur le site islamiste français Mon-Islam[1], administré par M. Fouad Zaouche[2]. Dans ce rapport, des extraits d’articles et de vidéos figurant sur ce site ont été rapportés. Des propos prononcés en arabe ont été traduits en français. Il était question notamment de textes ou de séquences vidéo contenant des incitations à la haine ou à la violence contre des personnalités musulmanes libérales et ouvertes au dialogue interculturel et au rapprochement avec l’Occident, tel l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi, l’islamologue Tariq Ramadan, le recteur de la Mosquée de Paris Dalil Boubakeur ou encore le philosophe Malek Chebel. Le rapport a également rapporté des appels à la solidarité à l’égard de suspects de terrorisme. Dans une rubrique appelée « événements Islam », certains membres du site ont par exemple tenté de lever des fonds pour venir en aide au groupe islamiste Forsane Alizza[3] et se sont occupés de leur trouver un avocat.

 

Le rapport a suscité la colère et l’appel à la riposte sur plusieurs sites Internet francophones de tendance islamiste et sur les réseaux sociaux (I). Il n’a toutefois pas eu d’effet dissuasif, puisque Mon-Islam continue à diffuser des messages intégristes (II).

 

I. Réactions au 1er rapport du MEMRI sur le site Mon Islam

 

Le rapport a suscité la colère sur plusieurs sites Internet francophones de tendance islamiste et sur les réseaux sociaux, ainsi qu´une vague de solidarité islamiste envers le site Mon-Islam et son responsable. Des personnes utilisant les pseudos « Islamistan », « Salafawi », « Monislam » ou encore « SmartMoslem » ont critiqué le rapport du MEMRI et appelé le site Mon-Islam à « riposter », comme le suggère « SmartMoslem » dans un twit datant du 16 décembre. La réponse, promise par Mon-Islam sur Twitter le 17 décembre, n’a pas tardé.

 

Le « Droit de réponse au MEMRI et à ses suiveurs » de Fouad Zaouche

 

Dans un « Droit de réponse au MEMRI et à ses suiveurs », Fouad Zaouche (alias Fouad ibn Slimane) accuse le MEMRI, qu’il qualifie d’ « organisme associatif d’origine sioniste », de mener une enquête malhonnête cherchant à « faire passer Mon-Islam pour un site djihadiste, tenu par un islamiste et dont les membres seraient de dangereux terroristes ». Zaouche minimise le trafic que génère le site, affirmant que ce dernier n’attire que 2 000 visiteurs par jour et le compare aux réseaux sociaux, où chaque inscrit est libre d’exprimer ses opinions et d’afficher ses convictions personnelles.

 

Zaouche admet le soutien du site Mon Islam à Forsane Alizza

 

Concernant les appels à la solidarité avec le groupe salafiste « Forsane Alizza », Zaouche n’y voit pas de mal car, écrit-il, « à ce jour, il n’y a pas eu de procès ». Il précise que les appels au soutien n’émanent « pas d’administrateurs du site Mon-Islam, mais de simples utilisateurs ».

 

L’appel au soutien financier de suspects de terrorisme n’est pas nié, et est même justifié par le fait que tout accusé a droit à une défense équitable : « Nous avions donc trouvé normal à l’époque de ne pas supprimer cet appel au soutien financier de nos frères [suspects de terrorisme] afin qu’ils puissent bénéficier des services d’un avocat dans le but de se défendre à leur audience. » Enfin, Zaouche nie toute liaison entre le leader de Forsane Alizza, M. Mohamed Achamlane, tout en lui souhaitant la liberté. « Puisse Allah le libérer ! », écrit l’auteur. Arrêté le 30 mars 2012 par la police française, le leader du groupe salafiste est l’un des principaux suspects de terrorisme en France à l’heure actuelle. Si la justice ne s’est pas encore définitivement prononcée à son sujet, il a fait l’objet de plusieurs condamnations dans le passé. C’est ainsi que fin 2012, il a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 2 000 € d’amende pour provocation à la discrimination raciale (contre les Français, traités d’infidèles lors d’une manifestation, et les Juifs).

 

L´incitation à la violence contre les musulmans modérés n´est pas démentie

 

L’auteur ne nie ni n’explique la présence sur son site d’appels à la violence à l’encontre des figures musulmanes libérales citées précédemment. Il nie néanmoins toute attaque à l’encontre de l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi, tout en le qualifiant d’ « imam du CRIF ». De même, il ne se justifie pas d’avoir diffusé sur son site une vidéo intitulée « Hitler n’a pas voulu la guerre - les vrais responsables » expliquant qu’Hitler n’était en rien responsable de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Il répond : « le titre [de la vidéo] y est certainement pour quelque chose, le simple nom d’Hitler a dû en faire bondir plus d’un de son siège. Quand on sait que le MEMRI est une association sioniste, cela peut se comprendre. »

L’auteur justifie la présence sur son site de la vidéo intitulée « La vraie place du djihad », qui fait l’apologie du djihad, en expliquant qu’il s’agirait là d’une interprétation du djihad autre que celle de la guerre sainte : « Cette vidéo aborde un sujet qui est source de désaccord au sein même de la communauté musulmane, d’une part ceux qui revendiquent que le djihad le plus important est celui de l’âme face à ceux qui pensent que le djihad le plus important est celui des armes. Dans cette vidéo, la thèse dont les preuves sont mises en avant est celle provenant du groupe de ceux qui pensent que le djihad des armes est plus important que le djihad de l’âme. Cette vidéo ne tourne donc qu’autour de cet argumentaire et il n’est donc pas question, comme le titre racoleur ne pourrait le faire penser, à une invitation à l’attaque des mécréants sur leurs terres ! »

 

Les appels à détruire le Sphinx sont justifiés

 

La diffusion d’une vidéo appelant à la destruction du Sphinx, louant les Talibans d’Afghanistan et approuvant la destruction des Bouddhas de Bamiyan est également défendue et justifiée : « La vidéo en question est ‘Inoubliable destruction d’idole’ ; le narrateur explique les origines de ces idoles, le devoir des musulmans de détruire ces idoles, en se basant sur des preuves ne pouvant être mises de côté car elles impliquent la référence du monothéisme, à savoir : Abraham/Ibrahim, qui lui même selon les textes bibliques et différents écrits des enfants d’Israël a détruit des idoles de son temps. Cela implique bien évidemment que pour toute personne se revendiquant du monothéisme, comme les juifs, les chrétiens et les musulmans, il s’agit d’un ordre divin. Ceci, vous l’aurez compris, a bien été mis de côté car cela ferait mauvais genre pour cet article d’origine sioniste d’expliquer que cela est aussi une obligation pour les juifs, si vous allez voir sur les différents sites juifs vous n’aurez aucune mal à trouver ces références. »

 

Les Bouddhas de Bamiyan ayant fait partie du patrimoine de l’humanité protégé par l’UNESCO, leur destruction avait été dénoncée par l’Occident, mais aussi par le monde musulman avec à sa tête la grande mosquée d’Al-Azhar, principale instance représentative de l’islam sunnite dans le monde. L’auteur y voit une ingérence injustifiée dans les affaires d’un Etat souverain – l’Afghanistan des Talibans : « N’oublions pas que cet acte a eu lieu en Afghanistan, pays musulman, régi par ses propres lois et que par conséquent, les commentaires et appréciations de personnes extérieures ne font pas office de jurisprudence en ces lieux. Ils l’ont fait et la personne ayant fait cette vidéo est libre de le narrer, d’autant que les preuves pour les croyants y sont citées, je peux comprendre que cela choque les mécréants mais je n’y peux rien ! Nous sommes également choqués par la notion de liberté qu’ont les mécréants lorsqu’il s’agit d’attaquer des pays musulmans de manière préventive. »

 

Justification de la présence d´une vidéo louant le martyre

 

Le rapport du MEMRI relayait une vidéo faisant l’apologie du djihad et louant la « foi » d’une mère ayant perdu son fils au combat pour son attitude exemplaire : la mère recevait la nouvelle de la mort de son fils avec joie, se félicitant d’être la mère d’un « chahid (martyr) qui ira au Paradis ». Zaouche s’explique dans ses termes : « [la présentation de] cette vidéo a pour but de faire peur aux lecteurs en s’appuyant sur le fait que les musulmans aiment la mort au combat car celle-ci est source de récompense divine, et que par conséquent il faudrait s’en méfier. Vous pourrez noter en commentaire, qu’un frère apporte des précisions sur le fait de dire d’un mort qu’il est martyr. Cela n’est que mauvaise croyance, car seul Allah sait ce qu’il y a dans les cœurs et Lui seul décidera si le mort est martyr ou pas. Bien évidemment, nous le souhaitons à tous ceux tombés légalement dans le cadre du combat ou en victime innocente tel que préconisé par Allah. Trouveriez-vous choquant de souhaiter le Paradis à l’un de vos morts tombé sur le champ de bataille ? Moi non ! »

 

Justification de la présence d´une vidéo défendant le djihad

 

Enfin, la diffusion d’une vidéo datant de fin novembre 2012, faisant l’apologie du djihad et appelant au financement du terrorisme, est défendue. « Ils (MEMRI) ont choisi de mettre le doigt sur une vidéo pouvant porter à confusion ; cette vidéo porte le titre ‘Le combat dans le sentier d’Allah’ ou on voit effectivement le quotidien de combattants [en Afghanistan], qui je vous le rappelle se défendent contre l’attaque de pays étranger sur leurs terres. J’imagine que si la France était envahie par des Américains, il vous semblerait normal que les Français se défendent de cette invasion, d’autant plus si celle-ci est faite sous couvert de la propagation de la liberté et de la démocratie. Les gens normaux le comprendront aisément, quant aux autres, ils font preuve de malhonnêteté et cela se soigne par un travail sur soi ! On y fait mention d’appel à l’aide financière de ces combattants [d’Al-Qaïda]. En effet, je pense que vous le savez, la guerre engendre des frais de fonctionnement, les militaires occidentaux ne dérogent pas à la règle et je dirai même que cela a coûté un maximum de fric aux contribuables occidentaux. Je vous le rappelle encore une fois pour que cela soit bien clair dans l’esprit des lecteurs : l’Afghanistan n’est pas venue en France ou aux Etats-Unis, ni ailleurs d’ailleurs, mais ce sont bien les Occidentaux qui ont envahi l’Afghanistan ! Libre à eux donc de se défendre et libre à ceux qui pensent que cela est injuste de soutenir le camp qui leur plaît ! Les terroristes ne sont pas ceux que vous pointez du doigt à longueur de journée, pour trouver un bouc-émissaire à tous les problèmes que vous avez, mais ils sont bien ces gens, qui sous couvert de mensonges sont partis piller les ressources de ces pays avec l’aide des partis d’opposition qu’ils ont allègrement aidé. »

 

Appel à soutenir les moudjahidine en Afghanistan

Pour finir, l’auteur insiste sur l’importance d’aider les combattants d’Afghanistan et trouve tout à fait normal de faire appel au financement de leurs opérations. « Il faudrait aider ces combattants [d’Al-Qaïda] car leur combat est juste d’un point de vue idéologique, et il s’agit simplement de légitime défense, il n’est nulle part fait mention d’un quelconque compte sur lequel faire un virement, et aucune adresse PayPal n’est fournie non plus, comme cela est fait normalement pour faire des appels aux dons, d’ailleurs vous noterez qu’en bas de l’article de ce média malhonnête qu’est le MEMRI, il y a un appel aux dons qui est fait afin d’inviter les gens à soutenir leurs méthodes malhonnêtes ! »

 

Zaouche au sujet de l´Affaire Merah : "les avis sont partagés"

 

Dans la rubrique Questions/réponses du site Mon-Islam, des membres se demandaient si la conduite de Mohamed Merah, qui a abattu trois militaires français à Montauban et à Toulouse, puis trois enfants juifs et un enseignant à la sortie d’un collège toulousain en mars 2012, était bonne ou pas. La conversation était intitulée « Quel point de vue il faut avoir sur ce frère Mohamed Merah ». Les avis étaient partagés et certains considéraient l’assassin de Toulouse et de Montauban comme un héro, ce qui ne choque pas le responsable du site. Fouad Zaouche commente : « Il est également fait mention [dans le rapport du MEMRI] d’une question sur l’affaire Merah, ou comme sur n’importe quel autre forum ou réseaux les avis sont partagés… [Il y a] du pour du contre, rien de bien nouveau sous Jupiter. »

 

II. De nouvelles vidéos

 

Suite à la publication du premier rapport de MEMRI sur le site Mon Islam, de nouvelles vidéo ont été mises en ligne. En voici un échantillon :

 

Objet : Remise en cause du scénario officiel du 11 septembre
 

Lien : http://www.mon-islam.com/reseau-social/videos/8366-yucuf/video/21939-september-clues-partie-a-version-fran%C3%A7aise.html

Titre : September Clues

Auteur : Yucuf abd ALLAH

Date : 25 décembre 2012

 

La vidéo porte le logo du site Mon-Islam. Les attentats du 11 septembre 2001 sont remis en cause. Une voix masculine explique que l’effondrement des Tours jumelles n’est pas dû au choc d’avions. Les avions n’auraient pas frappé les deux tours, mais il s’agirait « d’images graphiques d’avions ». L’histoire de cet attentat serait donc montée de toutes pièces. Il s’agirait d’un complot des « médias dominants », ou encore d’ « arme de distraction massive », visant à couvrir « la tromperie du 11 septembre », comme le suggère le synopsis.

 

Objet : Un jeune immigré tient tête à deux policiers allemands
 

Lien : http://www.mon-islam.com/reseau-social/videos/deshkar/video/22019-abu-malik-ha-reste-ferme-face-aux-policiers-qui-le-provoquent.html

Titre : Abu-Malik reste ferme face aux policiers qui le provoquent

Auteur : deshkar seven zoo

Date : 27 décembre 2012

 

La vidéo porte le logo du site Mon-Islam. On y voit deux policiers allemands interpeller un jeune et lui demander de s’identifier. Le jeune, s’exprimant en allemand avec un accent étranger, refuse d´obtempérer et polémique. La vidéo loue l’attitude du jeune, qu’elle présente comme un musulman résistant face à des mécréants. Tout au long de la vidéo, le visage de l’un des policiers allemands est caché par la mention « Mushrik » (en arabe : mécréant). Le visage de l’autre policier, de type oriental, est caché par la mention « Murtad » (en arabe : apostat). Le simple fait qu’un policier allemand soit typé signifie pour le réalisateur de la vidéo et pour Mon-Islam qui la diffuse, qu’il serait musulman. Et le fait qu’il serve dans la police d’un pays occidental signifie qu’il aurait trahi l’islam, qu’il serait devenu un apostat, toujours selon le site Mon-Islam.

 

Objet : Une figure emblématique du salafisme explique que le terrorisme n’est pas une méthode productive
 

Lien : http://www.mon-islam.com/reseau-social/videos/8366-yucuf/video/22167-les-attentats-et-actes-terroristes-%DB%A9-shaykh-al-uthaymin.html

Titre : Les attentats et actes terroristes

Auteur : Yucuf abd ALLAH

Date : 29 décembre 2012

 

La vidéo porte le logo du site Mon-Islam. Il s’agit d’un prêche du cheikh saoudien Ibn Uthaymin, figure emblématique du salafisme. Le cheikh s’exprime en arabe, mais la vidéo est sous-titrée en français. Il conseille aux jeunes musulmans de ne pas se tourner vers le terrorisme, car cela fait du tort au prosélytisme islamique et nuit à l’image de l’islam en Occident et dans le monde : « Quand est apparu le problème des frères qui se comportent sans sagesse (les terroristes suicidaires), alors la mauvaise image de l’islam s’est accentuée aux yeux des Occidentaux et des non-Occidentaux. » Le cheikh explique qu’un musulman ne devrait pas tuer les mécréants, dans la mesure où ces derniers « ne connaissent pas le Coran », ou « leur connaissance de l’islam est déformée ». Par conséquent, il convient de leur donner une belle image de l’islam, et ne pas les agresser, jusqu’à ce qu’ils aient une bonne connaissance du Coran.

 

 

En outre, le site Mon-Islam s’affiche clairement comme un site salafiste et considère le salafisme comme le vrai islam, celui de Mahomet. C’est ce qui suggère la vidéo qui suit :

 

Objet : Un appel lancé aux jeunes musulmans, les invitant à devenir salafistes
 

Lien : http://www.mon-islam.com/reseau-social/videos/8366-yucuf/video/22163-la-da-wa-salafiya-cheikh-abou-omar-al-outaybi.html

Titre : La Da’wa Salafiya (en arabe : le prosélytisme salafiste)

Auteur : Yucuf abd ALLAH

Date : 29 décembre 2012

 

La vidéo porte le logo du site Mon-Islam. Il s’agit d’un prêche du cheikh salafiste Abou-Omar Al-Outaybi, Saoudien d’origine jordanienne qui combattit les communistes en Afghanistan aux côtés des Talibans… : « La Da’wah salafiste, c’est l’appel à cheminer sur la voie sur laquelle cheminaient les pieux prédécesseurs parmi les compagnons du Messager d’Allah (Mahomet) ; (…) c’est l’appel à suivre le Coran et la sunna (Tradition héritée de Mahomet) ». Puis Mahomet est cité, lorsqu’il disait, selon un hadith bien connu : « Ma communauté [islamique] se divisera en 73 groupes, tous iront en enfer, sauf UN. » Ce groupe qui ira, seul, au Paradis, ce sont donc les salafistes, suggère la vidéo. « Le salafisme, c’est l’islam. Et l’islam, c’est le salafisme. Ce sont deux mots synonymes. »

 

 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

 



[1] Consulter le rapport sur le site du MEMRI en français : http://www2.memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=FD37012

[2] Les recherches du MEMRI ont indiqué que le détenteur du nom de domaine était M. Fouad Zaouche et que le site était hébergé en France par OVH system.

[3] Forsane Alizza (En arabe: les Cavaliers de la fierté), est un groupuscule salafiste djihadiste, créé en août 2010 à Nantes, en France, par Mohamed Achamlane, et dissous en mars 2012 à la demande du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, qui considérait cette organisation comme incitant à la « lutte armée », et en vertu de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées, selon Le Monde du 29 février 2012.

Retour à l'accueil