Commentaire du site Gates of Vienna :

Cet article du journal Aftenposten porte sur l'incroyable niveau de violence qui règne à Grønland, un quartier d'Oslo qui ressemble à un mélange de Karachi, de Bassora et de Mogadiscio. Les gens vendent ouvertement de la drogue juste à côté de la station de métro. Ce n'est plus la Norvège, ni l'Europe. En 2010, l'Aftenposten rapportait qu'il y a des patrouilles de la charia dans ce quartier et que les couples gays sont agressés et chassés. Fatima Tetaouni, une immigrante, affirmait que «Grønland est plus islamisé que le Maroc.»

L'Aftenposten est le plus important quotidien de la région d'Oslo. Il est généralement favorable à l'islam et au multiculturalisme.

 

_________________________

Victime numéro 351 de vol qualifié à Grønland

Norwegian-male-mugged-225x300Sturla Nøstvik, 36 ans, ne se doutait pas qu'un danger le guettait quand il a été frappé au front avec le canon d’un pistolet. Ce coup a été le début des cinquante minutes d’enfer qu'il a vécues en tant qu'otage d'un groupe de voleurs.

La nuit à Oslo, les femmes sont violées et les hommes sont volés plus fréquemment que jamais.

Dans les dix dernières années, plus de 4.000 personnes ont été victimes de vol dans le centre ville et le secteur de la station de police de Grønland [un ghetto d’immigrés]. La plupart des victimes sont des jeunes hommes. Sturla Nøstvik est la 351e victime de l’année à Grønland ; durant la même période, une cinquantaine de viols ont été signalés à Oslo. Les voleurs jouent sur ​​la peur, la violence et de graves menaces afin de marquer les victimes. Le surintendant de police de Grønland, Inge Sundeng, les décrit comme «les victimes plus ou moins oubliées».

La police a rendu visite à Sturla Nøstvik aux urgences après le vol. Ils lui ont dit qu’une bande de voleurs avait commis de nombreux vols semblables à Grünerløkka et dans les environs au cours des trois dernières semaines. Ils ont ajouté que tout le monde devrait avoir le droit de se sentir en sécurité, mais qu’ils n’avaient aucun moyen de mettre fin aux vols. «Nous avons perdu la ville», ont-ils déclaré.

 

Source : Aftenposten (norvégien) via Gates of Vienna (anglais). Extraits traduits par Poste de veille

Retour à l'accueil