Agenzia Fides , le 7 novembre 2011

 


Islamabad (Agence Fides) – Un an après la condamnation à mort d’Asia Bibi – la jeune femme chrétienne condamnée injustement pour blasphème le 8 novembre 2010 – aujourd’hui, deux femmes ont pris la tête de la défense des droits des minorités religieuses au Pakistan et de la promotion de l’harmonie interreligieuse. L’une est chrétienne et s’appelle Christine Amjad-Ali, l’autre est musulmane et se dénomme Shehrbano Taseer, mais elles partagent la même mission.
Christine Amjad-Ali, théologienne, est la nouvelle directrice du « Christian Study Centre », centre d’études œcuménique bien connu de Rawalpindi, qui avait perdu prématurément son précédent directeur, Francis Mehboob Sada. A ses côtés, se trouve Romana Bashir, une autre chrétienne qui conduit actuellement différents programmes et activités, rencontrant les responsables musulmans, tribaux et de la société civile afin de développer une culture du dialogue et de l’harmonie pour le bien commun.
Tout aussi éminente est Shehrbano Taseer, fille du gouverneur du Punjab, Salman Taseer, assassiné pour avoir défendu la chrétienne Asia Bibi et pour avoir critiqué la loi sur le blasphème. Elle suit les traces de son père et se distingue actuellement pour une campagne qu’elle mène en faveur de la tolérance au Pakistan.
Malgré les menaces de mort, Mme Taseer s’exprime publiquement contre les lois discriminatoires qui frappent les minorités religieuses et a ouvertement critiqué ceux qui glorifient l’assassin de son père. Mme Taseer est journaliste de la revue pakistanaise « Newsweek » et malgré les risques pour sa sécurité et celle de sa famille, elle se bat afin de promouvoir la liberté, la dignité, la justice et l’équité.
La tradition de grand engagement féminin en faveur des droits humains au Pakistan est également démontré par l’action de Sherry Rehman, parlementaire musulmane appartenant au Pakistan People’s Party et président du « Jinnah Institute » de Karachi, « think tank » qui promeut la légalité et l’Etat de droit. Le Centre a publié au cours de ces derniers mois un rapport détaillé intitulé : « A Question of Faith » dans lequel il est fait mention des « chrétiens persécutés et des minorités assiégées » (voir Fides 06/06/2011) ainsi qu’une note qui affirme qu’Asia Bibi a été condamnée à mort par un tribunal « conditionné par les extrémistes islamiques » et « en l’absence d’un avocat de la défense » (voir Fides 15/09/2011). (PA) (Agence Fides 07/11/2011)

Retour à l'accueil