L’Agence Fides relaie aujourd’hui des déclarations d’organisations de la société civile pakistanaise qui, à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de Shahbaz Batti, demandent le respect des droits des minorités religieuses. D.H.

Égalité des droits, des chances et de la dignité pour les citoyens pakistanais appartenant aux minorités religieuses : c’est l’appel que lancent à nouveau des représentants de la société civile au Pakistan. Le débat sur le statut des minorités, victimes de discrimination et de marginalisation, est redevenu d’actualité à l’occasion des célébrations de commémoration du Ministre catholique Shahbaz Bhatti, assassiné voici un an à Islamabad par un commando terroriste.
Dans différents messages parvenus à l’Agence Fides, les responsables pakistanais d’organisations de la société civile font mémoire de Bhatti comme d’un « responsable qui a élevé la voix contre la discrimination et l’abus de la loi sur le blasphème » et ils invoquent « une égalité réelle, la liberté et l’égalité des droits pour les minorités religieuses au Pakistan afin de garantir aux générations futures de vivre en paix, sans aucune discrimination ». Tahira Abdullah, une militante des droits humains, de religion musulmane, remarque que « le peuple désire vivre dans le Pakistan d’Ali Jinnah et non pas dans une nation de fanatiques », rappelant que le fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah « désirait une nation laïque et démocratique, respectueuse des libertés et des droits de tous les citoyens quelle qu’ait été leur religion ».
Les responsables de la société civile ont également demandé aux autorités civiles d’Islamabad d’intituler une rue et un parc public à Shahbaz Bhatti, mais, comme cela a été indiqué à Fides, « la peur de l’extrémisme et du ressentiment de la part de certains milieux religieux, ne permet pas aux autorités civiles d’accueillir positivement cette initiative ».

Sources : Agence Fides et http://www.christianophobie.fr/

Retour à l'accueil