Les autorités pakistanaises ont inclus «Jésus-Christ» dans une liste de mots prohibés pour cause d'obscénité. «Jésus-Christ» figure aux côtés de mots tels que «pied d'athlète» et «flatulence».

________________________________

Jésus Christ figure parmi les 1’600 mots prohibés au Pakistan, considérés comme vulgaires, obscènes ou nocifs.

Pakistan-textoIl est désormais interdit d’écrire Jésus Christ dans ses SMS, a établi l’Autorité pour les Télécommunications pakistanaise. Les sociétés de téléphonie mobile disposent de sept jours pour bloquer ces messages. Les églises chrétiennes et des organisations de défense des droits humains s’opposent à cette nouvelle restriction.

«L’Eglise catholique du Pakistan exercera toutes les pressions nécessaires sur le gouvernement, afin qu’il élimine le nom du Christ de la liste des mots prohibés, a annoncé le Père John Shakir Nadeem, secrétaire de la Commission pour les Communications sociales de la Conférence épiscopale du Pakistan, à l’agence Fides. Nous comprenons le désir de sauvegarder les esprits des jeunes en signalant une liste de paroles obscènes. Mais pourquoi y inclure le nom du Christ ? Qu’a-t-il d’obscène ? L’interdire constitue une violation de notre droit à évangéliser et blesse les sentiments des chrétiens. Si l’interdiction devait être confirmée, elle représenterait réellement une page noire pour le pays, un nouvel acte de discrimination envers les chrétiens et une violation flagrante de la Constitution du Pakistan« .

Des organisations de défense des droits humains et des libertés des citoyens, comme «Bytes For All», ont annoncé qu’elles contesteraient l’ordonnance devant le tribunal. Celle-ci «viole le droit à la liberté de parole et d’expression et constitue une intrusion dans la vie privée des citoyens«. Il s’agit d’une mesure «non seulement oppressive et hégémonique, mais également anticonstitutionnelle«. De son côté, l’Autorité pour les télécommunications a déclaré que la liberté des pakistanais est «sujette aux limitations prévues par la loi dans l’intérêt de la gloire de l’islam« .

Cette nouvelle entrave à la liberté religieuse apparait quelques jours après la dramatique meurtre d’un père de famille chrétien, tué à bout portant par deux inconnus alors qu’il ouvrait son magasin, dans le quartier chrétien de Essa Nagri.

 

 

 

 

Source : AED et Poste de veille

Retour à l'accueil