Le théofascisme en action : une jeune chrétienne a été battue, expulsée de l'école, et sa mère a été expulsée de la ville ... pour une faute d'orthographe.

Quand des musulmans en Occident se plaignent d'islamophobie, il est bon de leur rappeler le sort tragique des chrétiens en terre d'islam. Si une élève musulmane en Occident était traitée comme cette jeune chrétienne du Pakistan, les médias en feraient leurs grands titres et Ban Ki Moon lui-même dénoncerait cette barbarie.

Pakistan-blaspheme-enfant ___________________

Un simple trait mal placé a mené à des accusations de blasphème contre Faryal Bhatti, une élève chrétienne de 8e année de Havelian, une ville de garnison. Sa minuscule erreur a entraîné son expulsion de l’école et soulevé un tollé parmi les chefs religieux locaux.

En ramassant les copies des élèves jeudi, l’enseignante Fareeda Bibi a remarqué le mot apparemment offensant. Elle a convoqué la jeune chrétienne, qu’elle a grondée et battue. La nouvelle s’est répandue dans toute la ville. Les élèves masculins de l’école ainsi que certains religieux ont manifesté pour demander que des accusations criminelles soient portées contre la jeune fille et qu’elle soit expulsée de la ville.

Dans un geste apparemment destiné à calmer les éléments religieux exigeant des mesures contre l'adolescente «blasphématrice», les administrateurs de la ville l’ont expulsée de l’école samedi. L’élève n’est toutefois pas la seule à avoir eu des ennuis pour sa faute d’orthographe : sa mère Sarafeen Bhatti, infirmière à l'Hôpital de Havelian depuis plusieurs années, a immédiatement été transférée à l’hôpital d’une autre ville.

Lors d’un entretien avec The Express Tribune, maulana Alla Dita Khateeb de la mosquée Gol Masjid a salué la décision des administrateurs, affirmant qu'il avait personnellement regardé la copie de l’élève. Il l’a aussi rencontrée, et elle a présenté ses excuses pour avoir erronément épelé un mot. Interrogé à savoir si l'incident constituait un blasphème et justifiait que l’élève soit expulsée pour une faute d’orthographe non intentionnelle, Khateeb a répondu que bien qu'il n'était pas certain des intentions de la jeune fille, elle avait néanmoins utilisé un mot sacrilège.

 

 

 

 

 

Source : Girl accused of blasphemy for a spelling error, par Muhammad Sadaqat, Express Tribune, 25 septembre 2011. Traduction partielle par Poste de veille

Retour à l'accueil