Partout en Occident, les associations d'étudiants musulmans agissent comme proliférateurs de l'islam radical haineux.

La venue du prédicateur de haine britannique al-Haddad, invité par les étudiants d'une grande université d'Amsterdam, a soulevé la controverse. Il s'est défendu en disant que les propos qu'on lui attribue ont été mal interprétés et qu'il est victime du lobby sioniste.

Le blog britannique Harry's Place a fait une traduction Google de la déclaration du député travailliste néerlandais Martijn van Dam, critique officiel pour les Affaires étrangères, invitant les étudiants à annuler la conférence de ce prédicateur. Voir à la fin du billet la traduction de sa déclaration extrêmement intéressante.

Al-haddad

 

Haitham al-Haddad, un universitaire ayant étudié la charia, a manifesté son intention de venir aux Pays-Bas.

Le cheik, un Palestinien de nationalité britannique, devait être l’un des orateurs d’un symposium organisé par l’Université libre d’Amsterdam, mais le débat prévu a été annulé en raison des remous politiques que son annonce a provoqués. L’université a-t-elle flanché sous la pression, ainsi que le clame le très controversé Al-Haddad ? Ou est-ce une décision raisonnable, comme le pensent les députés néerlandais ?

Le cheik Haitham al-Haddad aurait dû débattre ce vendredi avec le professeur d’université Yasser Ellethy dans le cadre d’un symposium organisé par l’Association des étudiants islamiques d’Amsterdam. Le Centre d’information et de documentation d’Israël (CIDI) avait plaidé pour une interdiction d’entrée sur le territoire du cheik en raison des propos antisémites controversés qu’il a tenus antérieurement. Il aurait dit entre autres que “les Juifs sont les ennemis de Dieu’’.

Les députés suivent l’exemple du CIDI. Joël Voordewind, membre du parti de la ChristenUnie au Parlement néerlandais, dit : ‘’Si vous appelez à détruire Israël, à instaurer la charia, à trancher les mains, à lapider les infidèles, à promouvoir l’excision des jeunes filles, vous n’avez pas de place ici pour prendre part au débat’’.

Enlevées de leur contexte

Al-Haddad nie avoir tenu des propos antisémites. Dans un entretien accordé à Radio Nederland, il affirme : ‘’Ce ne sont pas mes paroles […] Certaines expressions que j’ai utilisées dans un discours vieux de 10 ans ont été enlevées de leur contexte et placées sur Internet. ‘’Le cheik répète qu’il est ouvert aux autres opinions que les siennes. ‘’C’est justement les personnes qui ne sont pas d’accord avec moi, même les extrémistes, que j’invite à venir discuter avec moi.’’

‘’Je suis étonné de voir que l’Université libre offre un forum de discussion à une telle personne’’, disait Joël Voordewind mercredi. L’université persistait à dire que le cheik Haitham al-Haddad était le bienvenu : ‘’Les organisateurs de l’Association des étudiants islamiques d’Amsterdam ont répondu à nos exigences de programmer un débat équilibré. Yasser Ellethy est un adversaire de haut calibre pour Haitham al-Haddad.’’

Refuser l'entrée
Mais dans l’après-midi, l’université a changé d’avis ‘’après s’être entretenue avec différents partis. Voordewind a obtenu, entre-temps, une majorité parlementaire à ses côtés. Les députés chrétiens démocrates, les petits partis chrétiens et le parti populiste (PVV) de Geert Wilders ont demandé au ministre de la Sécurité et de la Justice de refuser l’entrée sur le territoire néerlandais à l’universitaire controversé. L’Université libre n’a pas attendu cette décision : elle a fait savoir que le symposium n’aura pas lieu.

Maintenant que l’université a décidé d’annuler le programme, le cheik Haitham al-Haddad montre son incrédulité. ‘’Ce n’est pas une méthode universitaire de travailler’’, dit-il. ‘’Une université ne doit pas décider quelque chose sans faire ses propres recherches et demander conseil à la source.’’ Pour Al-Haddad, c’est clair : ‘’Quelle que soit l’excuse que nous puissions avancer, l’université a baissé les bras devant le lobby sioniste.’’

La porte-parole de l’Université libre, Aukje Schep, ne se reconnaît pas dans ce point de vue. Elle ajoute : ‘’A cause de tous ces remous, il est devenu impossible de mener un débat de niveau. ‘’La seule question serait de savoir ce qu’a dit ou non cet homme.‘’

L’Association des étudiants islamiques d’Amsterdam voulait organiser un symposium sur le rôle des universitaires musulmans en Occident. ‘’Maintenant, nous cherchons ensemble d’autres manières de le faire’’, explique la porte-parole de l’Université libre. L’association a écrit sur son site Internet que la procédure d’inscription est toujours en cours ‘en raison des nombreuses questions sur le sujet’. Il n’y a pas d’information sur la place ni le lieu de ce nouveau symposium. Le cheik Al-Haddad affirme qu’il souhaite toujours venir vendredi aux Pays-Bas, mais on ne sait pas s’il va parler ou non quelque part en public. Un centre de débat réputé d’Amsterdam a déjà fait savoir qu’Al-Haddad était le bienvenu.

Interdit
L’Université libre n’aurait-elle pas pu éviter toute cette effervescence et tout simplement annuler le débat, comme l’a fait dans de telles circonstances l’autre université d’Amsterdam (UVA) ou encore l’Ecole supérieure d’économie de Londres ? Non, répond Aukje Schep. ‘’ Si nous interdisons tous les débats risquant de provoquer des éclats, alors nous n’avons pas le droit de nous nommer une université’’.

Source : RNW, 16 février 2012

***

Pays-bas-martijn

Déclaration du député néerlandais Martijn van Dam

Chers dirigeants de l'Association des étudiants islamiques d'Amsterdam,

Comme vous l’avez sans doute observé, le principal invité de votre symposium, le Dr Shaykh Haitham al-Haddad, soulève la controverse. On lui a attribué des propos traitant les Juifs de singes et de porcs et les qualifiant de « l’une des armées du diable »; il aurait également fait valoir que les musulmans ont une obligation de haine envers les chrétiens et les juifs.

Al-Haddad est membre du Conseil de la charia islamique du Royaume-Uni. Sur son site Internet, le Conseil justifie la règle selon laquelle le témoignage d’une femme ne vaut que la moitié de celui d’un homme en arguant que les femmes ont une moins bonne mémoire que les hommes. Bref, al-Haddad est connu comme un extrémiste.

Le saviez-vous lorsque vous l’avez invité ? Est-il vrai qu'il a fait de telles déclarations ? Que pensez-vous de ces déclarations ?

J’ai été très surpris que vous invitiez un homme connu pour son extrémisme. Pourquoi ? Qu’est-ce qui vous a amené à lui offrir une tribune ?

Soyez avisés que la venue de cet homme attirera peu de sympathie. De très nombreux résidents de notre pays verront sa venue comme un doigt d’honneur aux valeurs qui, nous l’espérons, sont partagées par tous les résidents de notre pays : le respect d’autrui, la tolérance envers les autres croyances, l'égalité des femmes et des hommes. Ce sont des valeurs que nous soutenons tous.

En invitant un individu qui bafoue ces valeurs communes de manière aussi manifeste, vous indiquez que vous ne les respectez pas vous-mêmes. Cela serait décevant de la part d'étudiants dans une grande université de notre pays. Pire encore : cela affecte tous les jeunes des Pays-Bas qui sont musulmans et dont les parents ou grands-parents proviennent d’un pays où l’islam est une religion dominante. [Ils sont appelés quotidiennement à défendre l’islam, qu’ils soient pratiquants ou pas]. La grande majorité des musulmans aux Pays-Bas ont des vues très modérées et partagent sans réserve les valeurs de notre société. Or ils sont constamment poussés à la défensive à cause de la présence d’extrémistes dans les discussions publiques. Ils doivent expliquer, encore et encore, qu’ils ont eux-mêmes des vues différentes.

Vous contribuez à cette situation en invitant al-Haddad comme principal conférencier à votre symposium. À cause de vous, plusieurs musulmans hollandais peuvent s’attendre d’être la cible, dans les prochains jours, de regards désapprobateurs, de questions embarrassantes et de préjugés.

Il est préférable que vous admettiez avoir fait une erreur. Je vous invite à annuler votre invitation. Comme al-Haddad est un citoyen britannique, il peut voyager librement aux Pays-Bas. Le gouvernement ne peut probablement pas empêcher sa venue. Par conséquent, c’est à vous qu’il revient de décider s’il prendra la parole, ou pas. Évitez d’offrir une tribune aux Pays-Bas à cet individu aux vues extrémistes. […]

Il serait bien, et sage, que vous teniez compte des protestations contre sa venue et que vous annuliez votre invitation.

Je serai bien sûr heureux de poursuivre cet échange avec vous par des actions.

Martijn van Dam

Source : Harry's Place, 15 février 2012. Traduit de l'anglais par Poste de veille

Retour à l'accueil