Ainsi, M. le Président, vous voici sans surprise candidat à votre propre succession.

Loin des anathèmes, des mensonges et des petites phrases, la vraie campagne vient de commencer.

« Pour une France forte »… Le slogan est bien choisi. La promesse percutante, ambitieuse, gaullienne.

Une France forte…

… C’est d’abord une France prête à affronter sa dette, prenant les mesures nécessaires pour la réduire, se décidant à équilibrer désormais ses budgets et ses comptes sociaux…

… C’est une France qui entend poursuivre et amplifier la politique de contrôle et de maîtrise des dépenses (la « RGPP »). Qui s’engage à réduire durablement la charge financière de l’état et des services publics, en maintenant la qualité de ceux-ci par la recherche d’une meilleure organisation et non par le recours systématique à la création de nouveaux postes de fonctionnaires…

… C’est une France qui accepte avec lucidité et intelligence l’inéluctable mondialisation. Sans frilosité, mais sans angélisme. Et qui s’engage à défendre résolument ses intérêts vitaux, économiques, industriels, sociaux et commerciaux, face à la dynamique, parfois violente, des pays émergents.

… C’est une France qui favorise l’esprit d’entreprise, la recherche et l’innovation. Qui libère les énergies créatrices, assouplit les pesanteurs administratives et privilégie une politique fiscale plus incitative que confiscatoire et pénalisante.

Une France forte…

… C’est une France moderne, unie face à la crise économique mondiale, s’efforçant de préserver l’essentiel de son modèle social, mais sans peser sur son dynamisme économique. Qui a compris que l’emploi et le pouvoir d’achat seront les conséquences, et non le préalable, d’une croissance retrouvée.

… C’est une France qui s’engage, après les ardents efforts nécessaires au redressement, à partager équitablement les fruits d’une expansion et d’une prospérité nouvelle, tout en privilégiant la solidarité nationale à l’assistance.

… C’est une France qui s’attache à moderniser l’Etat, réduisant les privilèges de la classe dirigeante, s’efforçant de réguler les rémunérations exorbitantes de certains, tout en optimisant les institutions politiques et administratives : moins de parlementaires, moins d’élus locaux, moins de fonctionnaires, moins d’échelons territoriaux intermédiaires, et un train de vie des élus plus décent.

Une France forte…

… C’est une France dont l’école républicaine prépare ses enfants aux exigences du XXI° siècle, en leur rappelant leurs droits, mais aussi et surtout leurs devoirs. Qui confirme sa volonté farouche de rechercher l’excellence de ses universités, en confirmant leur autonomie, afin de mieux les ouvrir à l’entreprise et à l’international.

… C’est une France républicaine et laïque, acceptant de se poser sans honte et quelles que soient les pressions, la question cruciale de son identité et de son devenir. Intégrant tous ses enfants, sans distinction d’origine, de sexe, de race ou de religion, mais n’hésitant pas à gérer fermement sa politique d’immigration en fonction de ses intérêts et non d’une idéologie irresponsable.

… C’est une France refusant tout communautarisme, traquant sans relâche et châtiant ceux qui tentent de lui imposer par la force leurs lois, leurs coutumes et leur religion. N’acceptant plus l’annexion de territoires entiers et le développement de zone de non-droit par de petits caïds, malfrats impunis terrorisant les populations prises en otages.

… C’est une France qui récompense ceux qui le méritent, protège les victimes et sanctionne sans faiblesse ceux qui enfreignent ses lois. Une France dans laquelle délinquants et criminels sont pourchassés, jugés et punis, sans espérer aucun laxisme de la justice, redevenue responsable devant les citoyens.

… C’est une France qui protège la famille, y compris fiscalement, sans sombrer dans les dérives sociologiques à la mode. Refusant catégoriquement le « mariage » homosexuel et conditionnant strictement le droit de vote, même local, à la nationalité française.

Une France forte…

… C’est une France assumant sans complexe son rôle leader en Europe, dans le renforcement confirmé du moteur franco-allemand. Mais ouverte, attentive et fraternelle vis-à-vis des autres pays de l’Union, sachant pourtant préserver son indépendance et sa souveraineté nationales.

… C’est une France qui, loin de proposer avec angélisme l’abandon de son siège de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, continue au contraire d’y faire entendre sa voix et d’y défendre ses intérêts stratégiques.

… C’est une France qui, tout en intégrant dans ses choix politiques les contraintes écologiques, climatiques, énergétiques et environnementales, se refuse d’en faire un nouveau dogme ni une nouvelle religion, ni un frein à son développement économique.

Si, pour vous, une France forte, c’est tout cela et plus encore, alors les Français, malgré leurs hésitations et leurs inquiétudes, vous entendront sans doute et vous redonneront leur confiance pour un second et dernier quinquennat.

Vous n’aurez pas à vous préoccuper d’une impossible réélection et vous pourrez ainsi engager les réformes nécessaires et gérer les intérêts supérieurs du pays dans une perspective de long terme.

Une chance unique d’entrer dans l’Histoire.

Les Français ne veulent pas de « programme ». Ils veulent un PROJET pour la France. Ils savent déjà que vous savez tenir fermement la barre par gros temps. Ils veulent maintenant, sans détours et sans mensonge, savoir si le cap que vous comptez donner au pays est bien celui qu’ils attendent et qu’ils espèrent. Ne décevez pas vos compatriotes ! Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va...

 

 

 

 

 

Source

Retour à l'accueil