Pourquoi nos élus s'activent-ils ainsi à l'édification de mosquées ? Pour s'attirer bien sûr la bienveillance des musulmans et si possible leurs votes. Quel mauvais calcul ! Ils ne doivent pas être très fort en arithmétique car mécontenter 90% de gens pour en favoriser 10%, globalement, cela aboutira inévitablement à un échec dont nous nous réjouissons à l'avance, bien sûr. 
Reste la question fondamentale : pourquoi les musulmans désirent-ils tant construire des mosquées alors que la religion islamique sunnite (85% des musulmans dans le monde et 100% des musulmans en France) n'a pas de clergé pour servir d'intermédiaire entre eux et Dieu, comme c'est le cas pour la religion catholique avec son pape, ses cardinaux , ses évêques et ses prêtres ? Il y a bien les imams cooptés par une assemblée de croyants ou autoproclamés, on n'est jamais si bien servi que par soi-même, mais ils ne représentent rien sinon eux-mêmes ! Pour disposer d'un endroit pour prier ? Certes non !

Là encore l'imposture de l'islam pointe son nez pour nous abuser avec le mot « prière » qui n'a pas d'équivalent dans la religion islamique. Le musulman ne va pas à la mosquée pour prier (au sens chrétien du terme) mais pour manifester encore et toujours par des postures (prosternation en direction de la Mecque) et des paroles SA SOUMISSION totale et entière à Allah. Quand on entend nos élus islamo-collabos parler des mosquées comme étant des lieux de prière pour nous amadouer et sous-entendre ainsi que l'islam est une religion comme les autres, il y a de quoi être scandalisé et révolté. Même le terme « les 5 prières quotidiennes » est à rejeter et à remplacer par « les 5 séances quotidiennes de soumission à Allah ».

Pour être ensemble et montrer la force de la oumma (communauté des musulmans) ? Certes oui ! C'est là que réside le génie de Mahomet : inventer une religion au service de ses visées politiques de conquête en donnant aux tribus arabes, à l'origine très divisées, une raison de s'unir : conquérir les territoires peuplés d'infidèles (= nonmusulmans) et un but ultime : soumettre les peuples du monde entier à Allah. Et moyennant UNE SOUMISSION TOTALE AALLAH (islam veut dire soumission en arabe), on pouvait dès lors en toute impunité, avec l'assentiment d'Allah et suivant ses ordres, massacrer les infidèles, violer leurs femmes puis les réduire en esclavage et se partager le butin. Encore une fois tout cela avec la bénédiction d'Allah. C'est pourquoi la communauté internationale (comme on le dit maintenant et à condition qu'elle existe) devrait prendre en compte la solidarité mususlmane beaucoup plus intense que le sentiment d'appartenance à un pays ou à une nation.

Autrement dit voilà une « religion » qui flatte tous les bas instincts de l'homme, pas étonnant qu'elle ait eu tant de succès et qu'elle en a encore spécialement dans nos prisons auprès des malfrats de droit commun ! L'islam est la première « religion » carcérale de France. Mahomet a aussi créé le concept de oumma, communauté des musulmans (= des soumis à Allah) de toutes les nations, races et ethnies qui aiment à se rassembler pour montrer leur force et pratiquer ainsi ce prosélytisme d'intimidation si caractéristique de la doctrine coranique.

Pour résumer, une mosquée n'est pas un gentil lieu de « prière » mais un lieu de soumission à Allah et d'endoctrinement des plus jeunes qui, au prétexte d’écouter des prêches et de prier Dieu, apprennent par coeur le Coran et prennent le chemin qui mène au djihad pour combattre l'Occident et ses infidèles. Avec d'autant de succès dans le recrutement que les musulmans immigrés en occident cummulent les échecs; Scolaires en premier lieu et ensuite professionnellement par la réduction des offres d'emplois à des postes peu qualifiés et peu valorisant quand ils ne vont pas directement à la case chômage.

Même cela est souvent dissimulé sous des prétextes d’apprentissage de l’arabe !

Imaginez un instant les jeunes de notre pays s'ils apprenaient le français uniquement à l'église en lisant la Bible. Quel tollé ce serait maintenant que la séparation de l'église et de l'État est consommée depuis la loi de 1905.

La mosquée devient peu à peu non plus seulement un lieu de prière, mais essentiellement un lieu de rassemblement de la oumma pour montrer sa force démographique, ce qui n'est pas tant un acte cultuel qu'un acte bien sûr politique pour intimider les non-musulmans et à ce titre il faut interdire les mosquées en France et cela d'autant plus que la réciprocité est refusée avec arrogance dans les pays islamiques comme l'Arabie, l'Algérie où la construction d'églises est interdite. Et ne parlons même pas des mosquées tenues en France par les fondamentalistes de l'UOIF qui participent au soutien logistique de groupes terroristes comme le Hamas à travers le CBSP (Centre de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens). Voir l'article http://tinyurl.com/2ajr9o

Il n'y a donc aucune nécessité à construire des lieux de culte pour les musulmans qui peuvent dialoguer directement avec Allah sans avoir recours à un intermédiaire humain, une telle pratique individuelle pouvant donc parfaitement rester dans le cadre de la sphère privée. Mahomet n'a-t-il pas indiqué que le musulman pouvait pratiquer n'importe où, même à l'ombre d'un palmier ?

Les mots « prière » et « lieu de prière » sont devenues au fil des ans et du fait d'une immigration non des armes très efficaces de la dialectique islamique pour abuser et berner les occidentaux pour leur faire croire que leur doctrine est une religion comme les autres. Réfutons ces mots et remplaçons- les respectivement par « manifestation de soumission à Allah » et par « lieu où se manifeste la soumission collective à Allah », ce qui sera plus conforme à la réalité.

La mosquée ne devient essentielle à l'islam (par Michel Janva, www.lesalonbeige.com) qu'à partir d'un nombre seuil de fidèles : « Dans l'islam, l'absence de liturgie, de cérémonies cultuelles et donc de clergé pour diriger le service divin rend [l'existence d'une mosquée] non obligatoire. En effet, les musulmans ont des obligations de prières quotidiennes, mais pas dans un lieu précis, ils peuvent pratiquer leur religion n'importe où, dans une salle quelconque ou même en plein air. Mahomet affirme que l'ombre d'un palmier suffit. Le monothéisme intransigeant qu'est l'islam exclut tout intermédiaire entre l'homme et son Dieu. L’imam est celui qui dirige la prière communautaire, il ne reçoit aucun sacrement pour cela, et, une fois désigné, n'en donne pas davantage (...). La mosquée peut cependant être utilisée à d'autres fins comme l'appel des fidèles à la prière par les minarets, ou comme lieu de réunions politico-religieuses servant à chauffer les foules et à partir desquelles peuvent être lancés des fatwas, des appels à la guerre sainte, etc. » La mosquée peut, en cas de conflit, servir de place forte aux musulmans et elle abrite l’imam qui est, en cas de djihad, un chef militaire improvisé. Comme le montrent occasionnellement les faits divers, il est déjà arrivé que la mosquée serve de cache d’armes, de planque aux terroristes en cavale ou encore de centre de recrutement pour soldats d’Allah. Encore une fois, il faut bien se rendre compte que Allah, le créateur du Tout, ne fait pas de différence entre le spirituel et le matériel et la théologie et la politique. Cette caractèristique spécifique a l'islam rend cette religion éminemment dangereuse pour la culture occidentale.Sans compter que dans les pays ou l'occident maintient des pression injustes envers les pays d'obédience musulmane,, voir même les envahit indûment comme les américains en Irak, les mosquées deviennent des centre de résistance active.

Passages (transposés de l’anglais) d’un article du Times Online à la page http://tinyurl.com/323whm « Une cache d’équipement militaire, comprenant des tenues de protection pour la guerre chimique, des couteaux, des masques à gaz et des répliques d’armes à feu a été découverte dans la mosquée de Finsbury Park au cours d’une fouille de la police. [La police] dit que l’équipement a été utilisé pour entraîner des recrues musulmanes dans des camps de formation au djihad en Grande-Bretagne. Les répliques d’armes auraient pu être converties en armes réelles. Il fut aussi découvert des pistolets assommants, des menottes, des radios militaires [...] des treillis, des walkie-talkies et des cartes. La police a également découvert un réseau de soutien aux terroristes et de levée de fonds. Il y avait des centaines de pièces d’identité volées ou falsifiées, comprenant des permis de conduire, des cartes d’identité françaises et belges, des cartes de crédit, des chéquiers et des passeports [...], du matériel de falsification. »

Article du 10 octobre 1994, paru dans L’Humanité : « Des armes chez le trésorier de la mosquée ». http://www.humanite.presse.fr/journal/1994-10-10/1994-10-10-709628 Le trésorier général de la toute nouvelle mosquée de Lyon, Hammouda Belhout, 51 ans, de nationalité algérienne, son épouse Yamouna, 46 ans, et son fils Habib, 26 ans, ont été incarcérés vendredi pour détention d’armes et recel de vols aggravés. Une dizaine de pistolets de calibres 7,65, 6,35 et 22 long rifle ainsi que de nombreux objets provenant de vols commis dans la région ont été trouvés au domicile familial situé à Bron, dans la banlieue est de Lyon.

CONCLUSION:

Les français d'origine, dont la culture est directement issue d'une religion native catholique ne pourront pas supporter sans réagir l'édification d'un trop grand nombre de mosquées. Dans chaque chose, il existe un seuil de tolérance qui, s'il est franchi sans discerment, génère des tensions ingérables qui se transforment rapidement en guerre.

Sans vouloir rester caricatural auprès des musulmans qui se sont établis dans notre pays, il est clair que la pression démographique non gérée va se transformer en catastrophe. Les manifestations de rejet vont se multiplier parmi les français d'orignine envers des immigrés qui ne voudront jamais retourner dans leurs pays d'origine ou règne la misère.

Chercher des remèdes de paix entre des cultures est certes louables, la seule façon de protéger nos traditions et notre culture passe par des mesures politiques fermes et contraignantes envers les populations immigrées, dites "invitées".

 

 

link

Retour à l'accueil