La députée PS Aurélie Filippetti à l'issue de son audition.

Aurélie Filippetti, s’est exprimée sur le retour de la T.V.A. à 5.5 %.

Première bonne nouvelle, elle confirme le retour de la T.V.A. réduite à 5.5% pour le livre. C’était annoncé durant la campagne…. Super !

Mais… Elle explique qu’il faudra attendre un peu pour sa mise en application.

D’après elle, la modification du prix de la T.V.A. a généré des frais d’étiquetage pour les libraires indépendants.

Voilà une bien étrange information.

La quasi totalité des librairies indépendantes est informatisée. C’est le code barre qui est le réfèrent pour le libraire. (Il faut savoir que la majorité des libraires ne prend pas les livres s’il n’y a pas un code barre).

Certes, la loi Lang impose la présence du prix de vente T.T.C. sur le livre… Pour ne pas tromper le client, il aurait été souhaitable de modifier le prix vente H.T. par un étiquetage.

Mais… (ben oui, il y a un mais)… tout cela est théorique.

Premièrement car la majorité des éditeurs ne place pas le prix sur la couverture mais le remplace par un code prix (toléré par la loi Lang). Ce code prix permet aux éditeurs de modifier le prix du livre par une simple manipulation informatique et une publication dans Livre Hebdo (pour informer les libraires).

Il y a des éditeurs qui affichent clairement le prix de vente T.T.C. sur la couverture.

Dans ce cas, on pourrait croire qu’un étiquetage soit nécessaire. Sauf que…

Lors de l’augmentation de la T.V.A., il y avait deux possibilités pour les éditeurs.

1- Appliquer la hausse au prix de vente public T.T.C. Cela entraine une augmentation du prix. Le prix indiqué sur la couverture n’est plus le bon.

2- Appliquer la hausse en ne modifiant par le prix de vente public T.T.C. Dans ce cas, c’est l’éditeur qui assume la perte de 1.5%.

Que Filippetti, soit attentive à la santé des librairies indépendantes, son argument sur l’étiquetage est parfaitement foireux.

Depuis la hausse de la T.V.A., je n’ai pas rencontré un libraire indépendant qui a effectué cette démarche. Il doit en exister…. Mais ce n’est pas la majorité.

Pire, j’ai l’exemple d’un diffuseur qui demande au éditeur d’indiquer? à coté du prix, la mention “TVA à 7.7%”.
J’avais été scandalisé par cette demande. Des éditeurs l’ont fait… Je me demande ce qui va se passer maintenant que la T.V.A. va revenir à 5.5 %.

Ce qu’il faut entendre dans la bouche de Filippetti, , c’est que le prix de vente T.T.C. ne va pas changer.

La T.V.A. va revenir à 5.5%, c’est le prix H.T. qui va évoluer.

Les lecteurs ne verront pas la différence!!
On peut donc considérer que la baisse de T.V.A. ne va pas redonner du pouvoir d’achat aux lecteurs (comme annoncé durant la campagne).

La baisse de la T.V.A. va entrainer une augmentation de la marge pour les acteurs de la chaine du livre. C’est ce que vient d’annoncer Aurélie Filippetti.

Je reste partisan d’une baisse de la T.V.A. mais plus que jamais, il faudrait penser aux lecteurs, aux clients.

J’entends déjà l’argument que j’ai entendu lors de l’augmentation revenir dans les bouches : “1.5 % c’est rien.. Tiens ! Regarde ! sur un livre à 10 euros, ça fait 15 centimes de plus… de 10.55 € à 10.7 €”. A ces personnes, je tiens à rappeler que 1.5%, c’est 0.5% de plus que la part que l’on accord au coloriste d’une bande dessinée (lorsqu’il a des droits sur la vente).

Dans la même interview, La ministre de la culture et de la communication évoque la concurrence d’Amazon. Sans clairement nommer ce groupe, elle indique (à juste titre) que ce groupe ne respecte pas la loi Lang dans la mesure où il ne fait pas payer les frais de port à ces clients. C’est une réalité et ça doit drôlement faire plaisir aux libraires indépendants d’entendre cela dans la bouche du ministre. Puisque un représentant de l’état reconnait la fraude, va t’il y avoir une action de l’état contre ...tous les fraudeurs. Nous allons voir…

 

 

 

 

 

 

  http://loicdauvillier.tumblr.com/

Retour à l'accueil