Mme Diab faisait partie de la délégation de musulmanes voilées venues faire la leçon aux citoyens du petit village d'Hérouxville au Québec en 2007 lors de la crise des accommodements raisonnables ayant donné lieu à la création de la commmission Bouchard-Taylor...

Ar15

MONTRÉAL- La police a accusé une femme du Québec d'avoir tenté d'exporter des pièces de fusil d'assaut AR-15 au Liban en violation d'un embargo de l’ONU sur l’armement.

Mouna Diab, 26 ans, a plaidé non coupable devant une cour de Montréal jeudi à un seul chef d'accusation d'avoir violé les sanctions interdisant l’envoi d'armes au Liban. Elle a été arrêtée à l'aéroport Trudeau de Montréal le 19 mai alors qu’elle tentait de s’envoler pour le Liban, a déclaré la GRC. Les pièces du fusil d’assaut auraient été retrouvées dans ses bagages.

Mme Diab a été active au sein d’une organisation de jeunesse du Québec qui se plaignait de l’image stéréotypée des musulmans canadiens comme terroristes et du fait que les médias présentaient l’islam comme une religion violente. En 2007, le quotidien montréalais Le Devoir rapportait qu’elle comprenait la sympathie de certains Libanais pour le groupe extrémiste Hezbollah : «C’est donc normal de s’identifier au Hezbollah», avait-elle déclaré.

L'enquête a débuté il y a huit mois et a été menée par l'Équipe intégrée de la sécurité nationale à Montréal, une unité composée de la GRC, de la Sûreté du Québec et d’officiers de la police de Montréal.

Mme Diab est accusée d’avoir contrevenu à l'article 3 du Règlement canadien sur l’application de la résolution des Nations Unies sur le Liban, qui stipule : «Aucune personne au Canada et aucun Canadien à l’extérieur du Canada ne peut sciemment exporter, vendre, fournir ou expédier, directement ou indirectement, des armes et du matériel connexe, où qu'ils se trouvent, à quiconque au Liban.»

Le Canada appelle le Hezbollah «l'un des groupes terroristes ayant les plus importantes capacités techniques dans le monde». Le Canada a interdit de fournir un soutien au Hezbollah en 2002 en vertu de la Loi antiterroriste. Mme Diab n'a pas été accusée d'activité terroriste.

 

 

 

 

 

 

Source : Quebec woman charged with trying to export assault rifle parts to Lebanon, par Stewart Bell et Graeme Hamilton, National Post, 21 octobre 2011. Traduction partielle par Poste de veille/ via Poste de veille

Retour à l'accueil