La France héberge 600 000 Tunisiens, et est découpée en deux circonscriptions électorales tunisiennes ! Le président du parti islamiste Ennahda était hier en meeting à Montreuil, et son secrétaire général est l'invité mardi d'un chat sur LeMonde.fr  Sur les 217 membres que comptera la future Assemblée constituante, 18 représentants seront élus par les Tunisiens résidant à l'étranger, les 20, 21 et 22 octobre. Une partie non négligeable de l'électorat tunisien, qui représente un enjeu majeur pour les différents partis politiques. Depuis plusieurs mois, les leaders politiques multiplient ainsi les déplacements pour venir courtiser l'électorat de la diaspora. Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, avait initié ce bal des candidats dans l'Hexagone avec une visite au mois d'avril à l'occasion de la 28e rencontre annuelle des musulmans de France.

Avec 600 000 résidents, la France est le pays qui accueille la plus grande communauté tunisienne à l'étranger. A eux seuls, les Tunisiens de France éliront dix représentants pour la future Assemblée constituante dans deux circonscriptions :

 France 1 (les Tunisiens enregistrés aux consulats de Paris, Pantin et Strasbourg) et France 2 (les Tunisiens enregistrés aux consulats de Lyon, Toulouse, Grenoble, Nice et Marseille). Le Monde rapporte : "Il est venu, il a discouru, il a convaincu. Rached Ghannouchi, le chef du mouvement islamiste tunisien Ennahda, a volé la vedette à tous ses compatriotes et concurrents, réunis en meeting commun, samedi 15 octobre, dans une vaste salle de spectacle de Montreuil, en banlieue parisienne. (...)Avec un discours rassurant et rassembleur, Rached Ghannouchi s’est offert une véritable ovation, loin des applaudissements polis recueillis par ses rivaux.

 "En France, on dépassera peut être 50 % des voix, s’aventurait un jeune militant d’Ennahda, qui par souci de discipline, refusait de fournir son nom. Les gens nous connaissent depuis longtemps, alors que la plupart des autres partis n’ont commencé à militer qu’après la chute de Ben Ali, le 14 janvier. En mai, un sondage nous plaçait déjà largement en tête des intentions de vote. Notre seul ennemi, c’est l’abstention, lire la suite

 

 

- Lire notre article sur les faits d'armes de Ghannouchi pour comprendre en quoi il est un islamiste dangereux.

 

- Lire l'extrait d'un discours extrémiste de Ghannouchi au début des années 90 dans un meeting de l'UOIF:

Islamisme tunisien : retour imminent de Rached Ghannouchi

rachedghannouchi.jpg

Lu dans Jeune Afrique- édition du 15 janvier (extrait) :

"Dans une déclaration accordée à Al Jazira, Rached Ghannouchi (69 ans), président du mouvement islamiste El Nahda, a déclaré qu’il voulait figurer dans le gouvernement d’union nationale qui se prépare en Tunisie. Il s'est surtout étonné qu'on n'ait pas fait appel à lui, car il affirme que le futur gouvernement doit représenter toutes les tendances, dont celle des islamistes de son parti, El Nahda (la renaissance), interdit sous le régime Ben Ali et dont quelque 30 000 militants ont été arrêtés dans les années 1990.

Mais Ghannouchi n'est sans doute pas le bienvenu en Tunisie, où il a été condamné par contumace à la réclusion à perpétuité en 1991 pour complot contre l'ex-président Ben Ali - une affaire qui lui avait valu l'exil deux ans plus tôt. De Londres, où il vit désormais, il clame son innocence et invoque un procès politique destiné à briser l'essor de son parti qui avait réussi à remporter 17 % des voix aux législatives. Mais il annonce son prochain retour en Tunisie, le Premier ministre Mohammed Ghannouchi ayant assuré, lorsqu'il assurait l'interim de la présidence avant que celui-ci ne soit confié à Fouad Mebazza, que les opposants et exilés étaient libres de rentrer au pays." Lire la suite


Quand Rached Ghannouchi fréquentait L'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), membre du CFCM :

Le texte qui suit est issu d'une annexe sur l'UOIF tirée du livre-enquête Ces Maires qui courtisent l'islamisme (éditions Tatamis, octobre 2010) :

"Rached Ghannouchi et Salah Karker (islamiste mêlé à la préparation d’attentats visant quatre hôtels en Tunisie le 2 août 1987, ce qui lui valu d’être depuis décembre 1987 l’objet d’un mandat d’arrêt international) seront jusqu'au départ de France du premier ou l’assignation à résidence du second, parmi les principaux hôtes officiels des premiers congrès annuels que l’UOIF tient encore au Bourget. Durant son séjour en France, de 1989 à 1992, Ghannouchi y prendra chaque année la parole à la tribune, En-Nahdha disposant, tout comme le FIS jusqu’en 1993, d'un stand dans l’enceinte de ce rassemblement. Dans une cassette vidéo reprenant une conférence du cheikh Ghannouchi, enregistrée en 1992 au Bourget, le discours destiné aux fidèles en interne est très instructif.
La transcription de ce document en effet ne manque pas d’intérêt, si l’on se remémore que lors de ses rencontres avec des journalistes ou des hommes politiques tant européens qu’américains, cette figure emblématique de l’islam radical tient des propos non violents et aime donner d’elle-même une image moderniste, démocrate et pluraliste. Or, la traduction des discours de Rached Ghannouchi - de ses prêches plutôt - en arabe distille une toute autre vision des convictions de ce chef religieux musulman : «… l’Islam est une religion suprême par rapport à toutes celles qui l’ont précédé. C’est Dieu qui en a décidé ainsi et il en est le garant. [...] Il est écrit que cette religion l’emportera inéluctablement sur toutes les autres religions. Mais au prix d’un long parcours parsemé d’embûches. Une seule condition est requise : la communauté musulmane en tant que concept politique doit être unie dans la Miséricorde.
[...] Le principe primaire de cette croisade est le prosélytisme dans les lieux de prière.
[...] Il ne faut pas croire ceux qui vous disent que la politique ne doit pas se faire dans l’enceinte de la mosquée. Où se fait donc la politique ? La mosquée est le siège du gouvernement islamique. Où le prophète Mahomet et ses nobles successeurs conduisaient-ils les affaires de l’Etat ? N’est-ce pas dans la mosquée que la justice est rendue, l’enseignement dispensé et même l’entraînement ainsi que la conduite des opérations militaires ?
[...] Qu’est-ce que cette séparation de l’Etat et de la religion ? L’Ilmania [laïcité], c’est un concept de Kouffars [infidèles]. Regardez, par exemple, le grand Babbass [le Pape] et les religieux chrétiens ou les rabbins, ne tiennent-ils pas de discours politiques ? Le musulman devrait-il seul s’abstenir de s’occuper de politique ?
[...] Aujourd’hui la plupart des nations arabes sont dirigées par des Mounafiqoun [hypocrites]. Ces derniers se disent islamiques. En réalité, ils règnent sur les terres d’Allah au profit des kouffars, alors que le Prophète a mis en garde les musulmans de prendre pour tuteurs les chrétiens et les juifs. Ces gouvernements d’hypocrites sont plus dangereux que ces derniers et il importe de les combattre en priorité. [...] Ils se sont coalisés avec les gens du Livre [les chrétiens et les juifs] pour fouler le sol de la presqu’île Arabique, siège des deux Lieux Saints et qui plus est, pour combattre un pays musulman. Pourtant le prophète a dit : «j’ai purifié cette terre pour toujours, il n’y a pas de place pour deux religions». [...] les musulmans luttent partout et l’Islam connaît un état de grâce sans précédent. [...] Au siècle dernier, les musulmans étaient au nombre de 20 à Paris. Aujourd’hui, ils sont plus de deux millions. [...] Les mosquées, les établissements et les quartiers musulmans ont connu, depuis une vingtaine d’années, une expansion vertigineuse en France. [...] L’Iran, le Soudan sont devenus des états islamiques. L’lslam politique avance en Jordanie, au Pakistan, au Yémen, en Turquie, en Russie, en Bulgarie. [...] La formidable révolution islamique en Algérie est sans précédent. [...] Priez pour qu’elle soit bénite… ». Et Ghannouchi d’exhorter son auditoire : «N’oubliez surtout pas que vous êtes ici des immigrés au sens de l’immigration du Prophète avec ses compagnons pour étendre l’Islam. [...] Vos prédécesseurs étaient des ouvriers. [...] Tachez de devenir des patrons [...] Epargnez et créez des entreprises, telles que des sociétés de taxis, des boucheries. [...] Faites en sorte que pas un seul franc ne tombe ailleurs que dans la poche d’un musulman... ». En avril 1996, dans une tribune publiée par Die Zeit, quotidien d’Hambourg, le leader d’En-Nahdha se prononcait d’ailleurs clairement sur le sujet de la violence et de l’emploi de la force pour instaurer le règne d’Allah : «... L’Islam frappe à toutes les portes. Il progresse par les moyens pacifiques partout où c’est possible. Mais si les portes lui restent fermées, alors il cherche à les ouvrir, parfois sous la pression du peuple, parfois en faisant usage de la violence... ».

Le livre dont est tiré cet extrait :

 

 

 

 

Observatoire de l'islamisation

Retour à l'accueil