The Economist via Elder Of Ziyon publie un article sous le titre "Racisme au Liban - pour eux, le noir est moche" (en inversant le slogan "black is beautiful" ). On y apprend que le racisme est endémique dans les pays arabes, que dans peu de pays la loi le condamne et que même lorsqu'elle existe elle n'est jamais appliquée.


Les résidents de Beyrouth, la capitale du Liban, sont polyglottes et aficionados de la mode. Ils pensent, et en sont fiers, que leur ville est cosmopolite. Mais tout le monde n'est pas le bienvenu. Les Noirs et les étrangers en provenance d'Asie et d'ailleurs du tiers-monde qui constituent la majeure partie des travailleurs migrants sont souvent interdits de sites huppés de la ville. Conscient de la mauvaise presse qui peut en résulter, le gouvernement libanais a averti les clubs de plage de n'interdire l'entrée à personne en raison de sa race, de sa nationalité ou d'un handicap.

Mais le racisme est peu susceptible de disparaître du jour au lendemain, ni au Liban ni dans de nombreux autres pays du Moyen-Orient où les Noirs sont systématiquement mal vus. Les railleries racistes sont souvent entendues dans les rues d'Egypte, et au Yémen, les personnes à la peau plus foncée, connues sous le nom d'al-akhdam («les servants»), qui forment peut-être 5% de la population, sont confinés à des emplois subalternes habitent généralement dans des bidonvilles. En Libye les milices rebelles ont souvent pris pour cible les personnes à peau foncée venant des pays voisins comme le Tchad et le Mali et des pays plus au sud, les accusant d'être des mercenaires de Mouammar Kadhafi.

Les Philippins, Sri Lankais et Américains-Chinois, entre autres, évoquent à voix basse les insultes racistes qu'ils entendent à la fois au travail et dans les rues du Liban. "Quand des amis noirs ou asiatiques me rendent visite», explique un jeune professionnel libanais, "je suis à l'aéroport dés l'atterrissage pour que les agents d'immigration ne posent pas des questions inappropriées. C'est une honte. "

Certain blâment l'héritage de la traite négrière, qui a amené dans la région à partir du 7ème siècle des Africains sub-sahariens, ainsi que d'autres. Mais Houry Nadim de Human Rights Watch, une ONG de New York, dit que le racisme persiste dans la région parce que les gouvernements ont fait preuve de laxisme au sujet de l'affronter. "Il ya des racistes partout dans le monde, mais dans de nombreux pays, il est désormais tabou de faire des commentaires, en partie à cause des lois ,» dit-il. "Ici, même lorsqu'il existe une loi, elle n'est jamais appliquée."

Le snobisme ne fait qu'empirer les choses. Des millions d'étrangers dans le Moyen-Orient sont employés à des travaux d'entretien et de construction que les autochtones répugnent de faire. Le principe du tutorat (l'étranger est obligé d'avoir un tuteur autochtone payant qui lui confisque ses droits et documents) nient souvent les droits fondamentaux des travailleurs. «Les gens nous voient comme du travail pas cher», dit un diplômé universitaire philippin qui gagne 200 $ par mois dans un salon de beauté à Beyrouth. Certains clubs de plage ont déjà dit qu'ils ne tiendront pas compte de la nouvelle réglementation. Leurs clients, disent-ils, ne toléreront pas de côtoyer la classe des serviteurs à la peau foncée

 

http://observatoiredumoyenorient.blogspot.fr/

Retour à l'accueil