Dans un article d’opinion, paru le 23 juillet 2007 sur le site progressiste Bila Hudud, l’écrivain berbère marocain, Abdelhamid Assassi, écrit que la grande majorité du monde musulman vit dans l’ignorance et préférerait être dirigée par Ben Laden que dans une société régie par une démocratie laïque. Il explique que ces sociétés doivent, avec l’aide de la communauté internationale, emprunter la voie escarpée de la laïcisation. Assassi, originaire du Rif, au nord du Maroc, contribue régulièrement par ses articles à des sites progressistes en langue arabe et dirige en outre la section des jeunes du parti libéral marocain du renouveau et de l’équité. (Memri).

 

Titre complet : "Le progressiste marocain, Abdelhamid Assassi : la communauté internationale doit sauver la société arabe de la maladie pernicieuse et mortelle de l’islamisme".


Extraits de l’article, paru le 23 juillet 2007 [1].


La plupart des Arabes préféreraient un califat dirigé par Ben Laden à une démocratie laïque

Il est vrai que le Hamas est arrivé au pouvoir dans la transparence et la démocratie. Il est également vrai qu’un pourcentage important de Palestiniens ont voté pour le Hamas, espérant résoudre leurs problèmes avec des versets coraniques appelant à trouver refuge dans Allah et le Jour du Jugement, et avec des hadiths sur (la jument de Mahomet) Al-Buraq, les pierres et l’arbre du Gharqad [2]:

Abou Hurayra rapporte les dires du Prophète en ces termes :

« Le Jour du Jugement n’arrivera pas tant que les musulmans n’auront pas combattu les Juifs. Les musulmans les tueront de telle sorte que les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres, et les pierres et les arbres diront : ô musulman, ô serviteur d’Allah, voilà un Juif derrière moi, viens le tuer – sauf le Gharqad, qui est l’arbre des Juifs. »

Si la même atmosphère de transparence et de démocratie existait en Egypte, les Frères musulmans pourraient faire leur entrée au palais [présidentiel] d’Abidin. Et si la route du Front du salut islamique n’avait pas été bloquée en Algérie… c’eût été la catastrophe… Si les Marocains avaient le choix entre un régime constitutionnel raisonnable et les visions du [dirigeant islamiste] Abd Al-Salam Yassin, ils choisiraient [de jouer] avec les anges.

Et si tous les peuples du «pays de l’ignorance» (jahlistan) avaient le choix entre des régimes démocratiques laïques et un califat islamique bien guidé, dirigé par Oussama Ben Laden et [son adjoint] Al-Zawahiri, plus de 90% d’entre eux choisiraient ce dernier.

Le problème ne se trouve pas dans les régimes, mais dans les idées et la doctrine de foules moutonnières programmées par des CD pleins de "guerres de Khaybar" [*], de châtiment après la mort et de signes annonciateurs du Jour du Jugement. Ces foules moutonnières se gargarisent nuit et jour de l’urine des vertueux ancêtres [3], se nettoyant virtuellement, dans l’optique d’une rétribution divine… et ne se lassent jamais de rêver au Paradis perdu."

Les masses qui scandent "Khaybar Khaybar, ô Juifs, l’armée de Mahomet va revenir…", forment des bataillons d’imbéciles."

Ces foules moutonnières n’accordent pas la moindre considération aux pertes encourues. Ils ne voient pas les choses sous leur vrai jour et ne recherchent pas le bien des générations futures. Ils ne savent pas que, pour se lancer dans une guerre, l’Etat doit convertir son économie en économie de guerre, et que les conséquences de la guerre se chiffrent en millions de blessés, de malades, d’assoiffés, en une économie anéantie et un secteur éducatif brisé.

Ils croient qu’Allah leur portera assistance [en envoyant] des anges se battre dans leurs rangs. Les masses qui crient : "Khaybar Khaybar, ô Juifs, l’armée de Mahomet va revenir", ne sont pas seulement puériles ; elles forment des brigades d’imbéciles. Elles veulent la guerre, elles veulent jeter Israël à la mer, massacrer les Juifs et récupérer Al-Andalus [l’espagne islamique] [**]. Les masses voient dans la campagne de la bannière verte [de l’islam] et l’arsenal des juges de l’obscurantisme le sauveur qui leur rendra la gloire, la victoire et une bonne vie.

Le Hamas est arrivé au pouvoir parce qu’il ne croit pas au droit d’exister d’Israël et [parce qu’il croit] que l’Etat palestinien doit inclure non seulement la Cisjordanie et la bande de Gaza, mais toutes les parties de la Palestine, des eaux aux eaux [c.-à-d. de la mer Méditerranée au fleuve du Jourdain], avec Tel-Aviv avant Jérusalem, Kiryat Shemona avant Gaza, et Eilat avant Ramallah.

Voilà ce en quoi les dirigeants du Hamas croient profondément. Mais ils croient en quelque chose de pire encore : la conquête de Rome.

[Le Hamas croit que] la Palestine dépend de la juridiction islamique du [calife] Omar [ibn Al-Khattab]… La direction du Hamas croit en cela et ne peut le nier ; le nier serait tenir un double langage…

L’atterrissage de Mahomet [à Jérusalem] sur [sa jument] Al-Buraq et ses prières dans la mosquée Al-Aqsa ont légitimé l’appartenance de ce lieu [aux musulmans]. [Par la suite] Omar ibn Khattab a fait de la Palestine l’un des domaines de l’islam, par son acte raciste infâme. Voici donc ce que le génie d’Omar a généreusement accordé [aux chrétiens], dans ce qu’on nomme le "Pacte d’Omar" :

Le texte du Pacte d’Omar tel qu’il apparaît dans Ibn Qayyim Al-Jawziyya :

Quand les musulmans ont occupé la Grande Syrie, Omar ibn Al-Khattab a fixé les conditions suivantes à l’attention des chrétiens :

· Ils ne doivent pas construire de nouveaux monastères, églises ou cellules de moines dans leurs villes et leurs alentours.

· Ils ne doivent pas reconstruire ceux qui ont été détruits.

· Ils ne doivent repousser aucun musulman qui souhaite passer trois jours dans une église, et ont l’obligation de le nourrir.

· Ils ne doivent pas héberger d’espions.

· Ils ne doivent pas être secrètement déloyaux envers les musulmans.

· Ils ne doivent pas enseigner le Coran à leurs enfants.

· Ils ne doivent pas faire preuve de polythéisme en public.

· Ils ne doivent pas empêcher les membres de leurs familles [de se convertir] à l’islam s’ils le souhaitent.

· Ils doivent faire preuve de déférence face aux musulmans.

· Ils doivent céder leurs places assises aux musulmans qui souhaitent s’asseoir.

· Ils doivent se différencier des musulmans par leurs tenues vestimentaires.

· Ils ne doivent pas porter de noms musulmans.

· Ils ne doivent pas chevaucher sur une selle.

· Ils ne doivent pas porter d’épées.

· Ils ne doivent pas vendre de vin.

· Ils ne doivent pas se couper court la frange [des cheveux].

· Ils doivent se revêtir de leur habit [chrétien] où qu’ils se trouvent.

· Ils doivent se ceindre la taille d’une écharpe.

· Ils ne doivent pas porter de crucifix, ni l’un de leurs livres saints sur le chemin des musulmans.

· Ils ne doivent pas enterrer leurs morts à proximité des musulmans.

· Ils ne peuvent faire sonner leurs cloches que doucement.

· Ils ne doivent pas lire à haute voix dans leurs églises en présence de musulmans.

· Ils ne doivent pas porter de rameaux [le dimanche des rameaux].

· Ils ne doivent pas élever la voix pendant le deuil.

· Ils ne doivent pas porter de bougies pendant leurs funérailles.

· Ils ne peuvent pas acheter des esclaves capturés par les musulmans en temps de guerre.

· S’ils enfreignent le moindre de ces interdits, ils ne seront plus protégés, et les musulmans pourront disposer d’eux comme ils disposent de ceux qui leur résistent."

La communauté internationale doit se mobiliser pour remodeler la nation du «pays de l’ignorance» et la débarrasser de l’épée et de la bêtise.

Voilà donc ce qu’est le Pacte d’Omar, l’un des grands [textes] de l’islam, dont [le cheikh Youssef] Al-Qaradhawi, [le cheikh d’Al-Azhar, Muhammad] Al-Tantawi, et le [cheikh] Al-Sharawi sont si fiers. C’est ce même Omar que les oulémas mentionnent face aux dignitaires religieux chrétiens au moment de rompre le jeûne du Ramadan… et le clergé chrétien opine de la tête, émerveillé par l’inégalable [sens de la] justice d’Omar…

L’explication de la popularité de Ben Laden, Al-Zawahiri, Al-Zarqawi et des brigades de la bannière verte [de l’islamisme] se trouve dans … la saleté dont se repaissent les foules moutonnières soumises, et dont ils deviennent dangereusement dépendants.

La meilleure façon de réhabiliter ces gens malades et de traiter leur dépendance est de forcer les régimes du «pays de l’ignorance» à entreprendre des réformes démocratiques, à réformer les programmes scolaires… pour tenter d’universaliser la pensée laïque et moderne des Lumières et de maintenir l’establishment religieux hors de la politique. C’est une responsabilité qui incombe à tous, afin d’éviter un grand désastre qui frappera toute l’humanité…

Il est vrai que cette opération ne sera pas facile et nécessitera beaucoup d’efforts, de temps, une détermination inflexible et des sacrifices importants. On ne peut effacer quinze siècles en quelques années…

Il s’agit d’un projet international à grande échelle, qui doit mobiliser la communauté internationale, les groupes et les organisations de militants des droits de l’homme et les gouvernements démocratiques, afin de remodeler la nation du «pays de l’ignorance» et de la dépouiller de l’épée de la stupidité, de sorte que ses générations futures puissent s’investir librement dans la construction, le développement [du pays] et les sciences utiles, plutôt que de songer à piller, saccager, tuer et coucher avec les prisonnières blanches…

Si l’humanité mène à bien ce grand projet humain, elle aura réussi à briser une grande idole… et à sauver des millions de personnes d’une maladie mortelle et pernicieuse.

Abdelhamid Assassi

© Memri

 

---------------------------

Notes de la Rédaction de Memri

[1] Sur le site Unlimited World Arabic, 23 juillet 2007.

[2] Ce hadith est cité dans l’article 7 de la convention du mouvement de résistance islamique du Hamas. Voir la Dépêche spéciale n° 1092 de MEMRI (14 février 2006).
[3] Allusion à une récente controverse portant sur l’affirmation du mufti d’Egypte, selon laquelle les Compagnons du Prophète avaient coutume de consommer l’urine de ce dernier. Voir l’Enquête et analyse n° 363 de MEMRI, "Media Uproar Following Egyptian Mufti’s Fatwa on Companions of the Prophet Muhammad Being Blessed by Drinking His Urine", 13 juin 2007.

---------------------------

Note de la Rédaction d’upjf.org

[*] Voir : M. Macina "L’Intifada d’Al-Aqsa et la guerre sainte électronique" ; et Mark Durie, "Oui, Amrozy, nous devons nous souvenir de Khaybar !" ; voir aussi "La fin du ’peuple d’Israël’ : une vérité coranique".

[**] Sur Al Andalus – l’Andalousie musulmane -, voir Wikipedia.

Dépêche spéciale No. 1676

Retour à l'accueil