Damas (Agence Fides) – La situation des civils se trouvant encore dans la vieille ville d’Homs empire. Les quelques 400 civils chrétiens pris au piège dans les quartiers d’Hamidiyeh et de Bustan Diwan avec quelques autres 400 civils musulmans sunnites, lancent un cri désespéré par l’intermédiaire des prêtres syriens des différentes Eglises chrétiennes présentes à Homs qu’ils réussissent à contacter.

 Comme cela a été confirmé à Fides par les prêtres syriens d’Homs, le Père Abdallah Amaz, le Père Michel Naaman et le Père Maxime El Jamale, il s’agit de familles syro-catholiques, gréco-catholiques et gréco-orthodoxe qui vivent cachées et espèrent pouvoir sortir vivantes d’une situation qui se fait toujours plus dure et plus dangereuse.

Ces derniers jours, la Croix Rouge internationale et le Croissant Rouge, après de longues négociations avec les parties au conflit, étaient parvenus à obtenir un cessez-le-feu dans l’espoir de pouvoir entrer dans la zone et d’évacuer les civils présents dans les quartiers de Khalidiyah, Hamidiyeh et Bustan Diwan. Mais la trêve n’a pas été respectée et il a donc été impossible de procéder aux opérations humanitaires.
« Les civils ne peuvent sortir de leurs cachettes et sont terrorisés. Un seul boulanger est encore ouvert et seuls quelques-uns sortent une fois par jour pour se procurer à manger, au mépris du danger. Certains des civils se trouvent dans des lieux proches des points d’appui des miliciens armés » expliquent les sources de Fides à Homs. Les groupes armés de l’opposition ont choisi de se retrancher dans les quartiers chrétiens parce qu’ils sont formés d’un dédale de ruelles, où ne peuvent pas passer de moyens militaires lourds. Entre temps, l’armée syrienne semble avoir changé de tactique depuis trois jours : au lieu de déclencher des bombardements indiscriminés, les militaires pénètrent dans la zone chaude par petits groupes, au travers d’une trouée pratiquée dans les environs du quartier de Khalidiyah, où résident 1.000 familles de civils musulmans sunnites. Les militaires cherchent à débusquer les groupes rebelles dans le cadre de ce qui est en train de devenir une véritable opération de guérilla urbaine. Un civil de Khalidiyah a été blessé hier après avoir été pris entre deux feux. Nombre d’autres, indiquent les sources de Fides, pourraient en être également victimes.

(PA) (Agence Fides 27/06/2012)

Retour à l'accueil