Il est de plus évident que se qui se cache vraiment derrière l’insurrection en Syrie, ce n’est pas la revendication des libertés élémentaires et des droits fondamentaux de la personne humaine, bafoués depuis trop d’année par le régime, mais tout autre chose. Pour faire court, le “printemps arabe” qui a secoué et secoue les pays du Maghreb et du Machrek est un faux-nez de l’offensive islamiste de conquête de la région. Les dictatures arabes ne vont pas laisser la place à de “gentils démocrates” mais à l’imposition de la charia partout et pour tous. Autrement dit, il ne faut pas croire, pour prendre une comparaison française, que la Terreur robespierriste va laisser la place au despotisme bonapartiste – que certains ont pu considérer comme un mieux relatif –, mais à tout le contraire : au despotisme des régimes en perdition va succéder la terreur islamiste… Ce qui n’est pas vraiment gagner au change pour les populations locales, à commencer par les chrétiens ! Voyez-en une nouvelle preuve dans cette dépêche sans équivoque de l’Agence Fides d’hier. D.H.

Exode des chrétiens dans l’ouest de la Syrie : la population chrétienne encore présente dans la petite ville de Qusayr, dans les environs d’Homs, a fait l’objet d’un ultimatum lancé par le chef de l’opposition armée, Abdel Salam Harba. C’est ce qu’indiquent des sources locales de Fides, signalant qu’auparavant, suite à l’éclatement du conflit, 9 000 des 10 000 chrétiens présents avaient déjà quitté la ville.
Certaines mosquées de la ville ont accepté de relayer le message annonçant du haut des minarets : « Les chrétiens doivent quitter Qusayr dans un délai de six jours qui se termine vendredi ». L’ultimatum, qui a donc expiré [avant-]hier, 8 juin, a apeuré le reste de la population chrétienne qui avait espéré que la présence du Père Paolo Dall’Oglio à Qusayr pour une semaine dans le but d’y prier et d’y jeûner pour la paix au milieu du conflit aurait pu améliorer la situation.
Les raisons de cet ultimatum demeurent obscures. D’aucuns disent que c’est pour épargner aux chrétiens de nouvelles souffrances. D’autres y relèvent une continuité dans la discrimination et la répression qu’ils expérimentent depuis des mois. D’autres encore se lamentent que certains chrétiens ont manifesté trop clairement leur loyauté à l’État, ce qui a provoqué ces mesures. Les familles chrétiennes demeurant à Qusayr ont commencé leur exode en direction des vallées et des campagnes environnantes. Certaines sont allées se réfugier chez des parents ou des amis à Damas. Il y a cependant beaucoup de familles qui sont restées sur place malgré l’ultimatum ne se résignant pas à abandonner leur ville natale, leurs terrains et leurs biens mais on ne sait quel destin pourra les attendre. Des sources de Fides réaffirment que des groupes extrémistes islamistes salafistes se trouvant dans les rangs de l’opposition armée considèrent les chrétiens comme des renégats, confisquant leurs biens, pratiquant des exécutions sommaires et étant prêts à déclencher une guerre confessionnelle.

Le temps n’est-il pas venu pour les chrétiens de la région, et notamment les chrétiens syriens, sans pour autant cesser leurs pieux exercices de jeûne et de prière, de constituer leurs milices d’auto-défense s’ils veulent protéger leurs vies, celles de leurs familles, leurs biens, leurs droits de demeurer sur leur terre et d’y pratiquer librement leur culte ?

Source : Agence Fides/ http://www.christianophobie.fr/

Retour à l'accueil