Le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi s’est prononcé, selon la TAP, pour la peine de mort en Tunisie car, pour lui, l’abolition de cette peine représente une atteinte aux fondements et aux piliers de l’Islam.

Cette déclaration intervient en réponse à des interrogations de certains participants à la conférence sous le thème "Le consensus dans la pensée et la pratique politique du mouvement Ennahdha" auquel M. Ghannouchi a pris part, et qui a eu lieu dimanche 3 juin 2012 à la coupole d’El Menzah, à l'occasion de la célébration du 31ème anniversaire de la création du mouvement.
Le leader d’Ennahdha a indiqué que «la révolution a rendu l’Etat au peuple et donc à l’Islam qui a été marginalisé au nom de la modernisation», soulignant que son parti «œuvre pour une société tunisienne moderne, mais par la voie de l’Islam», avant d’ajouter que «l’abolition de la peine de mort est contraire aux préceptes de la Chariâa islamique».

En outre, M. Ghannouchi a affirmé que son mouvement cherche la voie du consensus avec les différents partis et courants politiques pour diriger le pays au cours de cette période de transition démocratique. Il a précisé que «la Tunisie doit être gouvernée sans exclusion ni accusation de mécréance», ajoutant que «l'intérêt de la révolution requiert qu'on mette en avant ce qu'on a en commun».

 

 

http://www.businessnews.com.tn/

Retour à l'accueil