Le Tribunal administratif a rejeté une plainte déposée par une étudiante contre l’administration de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Sousse, qui a refusé de l’inscrire parce qu’elle n’a pas accepté de montrer son visage au bureau d’inscription. L’étudiante portait le voile intégral ‘Niqab’ et a proposé de montrer son visage à une fonctionnaire, ou une enseignante, ce que l’administration a refusé.

L’étudiante a justifié sa plainte par l’atteinte à sa liberté vestimentaire et à son droit à l’enseignement public. L’administration y a répondu par la nécessité de dévoiler le visage pour des soucis pédagogiques et le devoir de respecter les règlements au sein de tout établissement universitaire, auxquels sont assujettis les étudiants.
Le tribunal a jugé que les raisons présentées par l’étudiante ne sont pas justifiées et décidé de rejeter cette plainte.
C’est la deuxième fois, en deux mois, que le tribunal administratif rejette un recours contestant l’interdiction du port du Niqab. La première a concerné une étudiante de la faculté des sciences de Tunis, qui a été interdite d’examen parce qu’elle n’a pas voulu dévoiler son visage. C’était en novembre dernier. Le Tribunal administratif avait alors rejeté le recours de l’étudiante, donnant raison à l’administration.

Qu’attend donc le ministre, Moncef Ben Salem, pour publier une circulaire interdisant le voile intégral dans les établissements universitaires ?



Cliquer ici pour lire le PV

 

 

Mounir Ben Mahmoud: http://www.businessnews.com.
Retour à l'accueil