Arrêté par des fonctionnaires des services de renseignement iraniens le 17 mars de l’an passé, avec son épouse et neuf autres convertis chrétiens, alors que tous célébraient un culte dans un appartement privé de la ville de Kermanshah, Masoud Delijani, un instituteur, fut libéré sous caution (100 000 $ !) le 9 juillet suivant, après 114 jours d’emprisonnement au secret, dans l’attente de son procès. Il fut toutefois de nouveau arrêté deux semaines plus tard, pour pratique de la foi chrétienne, participation à des rassemblements illégaux rendant un culte en appartement, prosélytisme envers les musulmans et agissements contre la sécurité nationale.

Selon une dépêche de Mohabat News du 27 février, il vient d’être condamné à trois ans de prison par le tribunal “révolutionnaire” de Kermanshah sans avoir pu bénéficier de l’assistance d’un avocat ni être autorisé à se défendre lui-même au mépris même du code pénal iranien.

 

Sources : Mohabat News et Daniel Hamiche/ Observatoire de la christanophobie

Retour à l'accueil