Les socialistes décrédibilisent leurs déclarations politiciennes


"Coming out" et mariage gay,
ne confondons pas les "issues"
(comme on dit en anglais)




Dans les mairies de gauche, ils passent des "actes de révolte"

Le député-maire UMP de Coulommiers (Seine-et-Marne), Franck Riester, a choisi d'officialiser son homosexualité.
Il a fait son "coming out" dans un entretien au journal Le Pays Briard, publié mardi, à la suite de la manifestation d'intolérance d'un opposant PS local..
Lors du conseil municipal du 28 novembre, l'élu d'opposition Pascal Thierry (PS) avait lancé une plaisanterie stigmatisante : à l'évocation de la "couverture mixte" d'un nouveau terrain de sport de la ville, le socialiste vertueux avait ironisé: "si la couverture est mixte, il ne faudrait pas être gay".

Interrogé par le bi-hebdomadaire sur cette pique, M. Riester répond: "il semblerait que ces allusions m'étaient destinées et cherchaient à m'atteindre"."Si c'est le cas, c'est raté car mon homosexualité n'est pas un secret. Je partage ma vie avec mon ami depuis longtemps. Pour autant, je n'ai jamais fait étalage de ma vie privée et continuerai à agir de la même manière", souligne le secrétaire national de l'UMP chargé de la communication.


En juin dernier, Franck Riester avait voté, avec quelques autres députés UMP, en faveur d'une proposition de loi PS visant à autoriser le mariage homosexuel.
Il avait également condamné, quelques jours plus tôt, les propos "ignobles" de sa collègue UMP Brigitte Barèges qui, à propos de ce texte, avait lancé: " et pourquoi pas des unions avec des animaux ?" en mairie.

Avant M. Riester, plusieurs responsables politiques, de gauche comme de droite, ont fait eux aussi le choix de révéler publiquement leur homosexualité. C'est le cas notamment de l'ancien ministre UMP Roger Karoutchi ou de Jean-Luc Romero, ancien UMP devenu conseiller régional (PRG) d'Ile-de-France, "outé" en 2000 par un fanzine gay et de l'ancien maire de Pau, André Labarrère, ou de l'actuel maire PS de Paris, Bertrand Delanoë.
Alors que sort à Paris la pièce de théâtre "En ballottage" de Benoît Masocco, le cas de Bruno Julliard, élu socialiste de la capitale, est plus épineux. Il a également fait son "coming out" en effet à la rentrée dans le magazine spécialisé Têtu de Pierre Bergé. S'il récuse toute arrière-pensée électorale, le problème n'est pas seulement stratégique mais plutôt de son domaine d'activité parmi les jeunes: adjoint au maire de Paris, Bertrand Delanoë, il est en charge de la jeunesse. Il conviendrait donc de s'assurer que ce n'est pas un prédateur de mineurs.
PS entre mythe d'une ouverture d'esprit vs réalité de la chasse aux homos

La gauche rivalise d'ambiguïté avec les gays
En 2004, le maire gauchiste de Bègles, Noël Mamère (Europe Ecologie-les Verts) célébra une parodie gay de mariage, en sa mairie, mais en toute illégalité. Cet acte de provocation a définitivement été annulé par la Cour de cassation en 2007 malgré un recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme.

En février 2011, Hélène Mandroux, imposée aux militants à la maire PS de Montpellier par Martine Brochen-Aubry, a marié symboliquement un couple de femmes, sans inscrire leur union sur le registre officiel des mariages.

Un subterfuge: Wilfrid, père trois enfants, est devenu Chloé
Plus récemment, à la fin du mois d'octobre dernier, le tribunal de Brest n'a pas demandé l'annulation du mariage de cet homme de 41 ans qui a changé de sexe et d'état civil plusieurs années après son union. Une décision décrite comme un premier pas vers la légalisation du mariage gay par le milieu associatif militant.
Son avocat s'est félicité que le tribunal de Brest ne manifeste " aucune opposition " à la demande de sa cliente. " C'est une double première. Il s'agit d'un couple marié qui va le rester. Le changement d'identité n'entraîne pas la rupture du lien conjugal. Au contraire, il le conforte. Et là, c'est une situation exceptionnelle ", a-t-il déclaré.
Mais, en juin dernier, l'Assemblée nationale a rejeté une proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples homosexuels.
Et novembre 2011, c'est encore un élu de gauche, Jean Vila, le maire PCF de Cabestany qui se prêta à une nouvelle mascarade en unissant deux hommes, Guillaume, 37 et Patrick, 48 ans, qui avaient décidé de médiatiser leur mariage, assurant que « on est des citoyens comme les autres ».
C'était une action hors-la loi délibérée et militante pour relancer le débat et cliver le pays.

En fait, malgré leurs déclarations officielles, les socialistes traquent les gays
Or, par derrière, on le voit à Coulommiers, le PS 'rance' peine à passer de la théorie à la pratique, tandis que, par devant, plus rose que rose, le PS fait campagne pour le mariage gay. Ainsi, lors de l'université d’été du PS à La Rochelle, plusieurs membres du PS avaient -ils fait du pied aux homosexuels.

Harlem Désir, second de Martine Brochen-Aubry et porte parole du PS, avait instrumentalisé les homosexuels dans un virulent réquisitoire contre Claude Guéant. Dénoncant la « Droite Populaire », il avait comparé l’actuel Ministre de l’Intérieur à Bruno Gollnish, le n°2 du Front National. « Il y en a assez de cette droite rance qui compare les homosexuels à des animaux, qui demandent des tests ADN à des immigrés », avait-il dénoncé dans un amalgame de plus.

Martine Aubry, l’une des favorites de la primaire socialiste, avait alors assuré sa détermination à stopper les discriminations que constituent l’interdiction de se marier ou d’adopter pour les couples homosexuels. Dans une « Lettre aux Français », l'amère de Lille mentionna son « combat sans merci contre toutes les discriminations à l’emploi, au logement, à l’accès à la santé… (…) pour leur orientation sexuelle ou leurs choix familiaux. [...] Je veillerai à ce que le droit au mariage et à l’adoption soit ouvert pour tous les couples, a-t-elle ajouté. » Au risque d'alimenter elle-même les soupçons qui pèsent sur ses propres préférences sexuelles...
Lien PaSiDupes : "Les deux poids, deux mesures de la censure de Mme Brochen-Aubry "

Si la condition des homosexuels est un facteur important pour votre vote en 2012, sachez que le mariage homosexuel fait parti du programme commun du PS et devrait donc être autorisé quelque soit le vainqueur de la primaire. Le mariage homosexuel est à priori dans tous les programmes de gauche, d’Europe Ecologie au Front de Gauche. Quant à l’UMP, nul doute qu’elle restera discrète sur le sujet. N’oublions pas qu’elle a choisi de légiférer très majoritairement contre le mariage homosexuel, au mépris des valeurs républicaines qu’elle prétend pourtant incarner.


Les communicants socialistes sont-ils crédibles ?

 
 
Le Post : "L'élu Socialiste homophobe, Pascal Thierry, doit il démissionner ? "
Quelle suite va donner le Parti Socialiste à cette scandaleuse sortie aux relents homophobes de Pascal Thierry, Conseiller Municipal P.S de Coulommiers (Seine-et-Marne) ?
" Si le Parti Socialiste ne prend aucune initiative, il se fait le complice des dérives homophobes de certains de ses élus... ", estime un contributeur régulier dans un "post non vérifié par la rédaction" !

Le Bureau national va-t-il prendre les devants et exclure l'homophobe ?
Ce serait un message fort à l'adresse des jeunes souvent plus ouverts que leurs aînés et François Hollande, qui vise le créneau de la jeunesse, se distinguera-t-il le premier ?
 
 
 
 
 
 
http://pasidupes.blogspot.com
Retour à l'accueil