Dans la nuit du 23 au 24 novembre, un militant catholique, Akram Masih, marié et père de quatre enfants, a été assassiné par des “inconnus” armés : il s’agit, en fait d’hommes de main d’une mafia foncière islamiste, dirigée par un certain Nadeem Ashraf, prête à tout pour récupérer par le chantage ou la force des terres appartenant à des chrétiens. L’assassinat s’est déroulé dans le village de Khurda Renala, district d’Okara, dans la province du Penjab, la plus peuplée du Pakistan (53 % de la population). La victime était un pieux militant catholique connue pour se battre contre les spoliations et la défense des droits des chrétiens et d’autres membres de minorités religieuses par les musulmans. Il avait l’an passé, avec l’aide de quelques autres catholiques, réussi à sauver deux écoles chrétiennes que voulaient “récupérer” des propriétaires fonciers musulmans. Depuis ce coup d’éclat, il n’avait cessé de recevoir des menaces de mort. Ces dernières ont été mise à exécution et un nouveau martyre vient de rejoindre la longue liste des chrétiens assassinés au Pakistan et haine de la foi et pour des motifs sordides. Des témoins certifient que le corps retrouvé mort d’Akram Masih portait des marques de tortures. La police a accepté de remplir une main courante, mais traîne des pieds pour retrouver les assassins…

 

 

 

 

 

 

Observatoire de la christianophobie

Source : Asia News

Retour à l'accueil