En Egypte et en Tunisie on crie 'Mort aux Juifs' et on prône un  autre Holocauste

"Ecraser les Juifs. Tuer les Juifs. C'est un devoir."


Ce qui n'empêche pas le politologue et "islamologue" français Olivier Roy de prétendre sur France Culture que les mouvements islamistes comme l'Ennahda en Tunisie et les Frères Musulmans en Egypte ne doivent plus être considérés comme islamistes. Ce sont des partis conservateurs au même titre que la droite religieuse aux Etats-Unis.

Un terme inventé pour rassurer les naïfs ..

Ils ne sont pas l’équivalent de chrétiens-démocrates ou de la droite religieuse des Etats-Unis comme on tente de nous le faire croire  ni « islamo-démocrates ». Ils ne sont pas conservateurs non plus et certainement pas au sens des « conservateurs » américains. Ni allemands ...
 
Ces islamo-politiques ont TOUS inscrits dans leur programme le retour à la charia. Puis son application. En prenant le modèle de réislamisation qui fonctionne ... comme celui de la Turquie ..
 
Certes si ils sont intelligents, ils feront comme l'AKP turque et grignoteront les libertés publiques tout en fagocitant tous les rouages de « l'Etat ». Car la notion de temps et de patience fait aussi partie de leur programme.
 
Seul France Soir ( Paix prochaine à son âme) a le courage de rappeler que dans les pays où elle s'applique avec rigueur la charia signifie : « pendaisons, décapitations, mains tranchées, lapidations. Et évidemment statut inférieur accordé aux autres religions, qui sont simplement tolérées et soumises à une foule d'interdits, quand leurs fidèles ne sont pas battus ou tués. »
 
Ajoutons que dans les pays où elle ne s'applique pas avec rigueur cela signifie non pas qu'elle serait de nature différente mais juste qu'elle ne s'applique pas ... avec rigueur.
 
Mais même alors d'autres aspects tout aussi problématiques se font jour :la séparation homme/femme, l'inégalité de droits réels entre eux, la mise en avant agressive de la notion de pudeur «musulmane », l'affirmation de la prééminence de la charia sur les droits de l'homme «occidentaux » ( et oui !!) , etc...
 
Bref, la Charia prescrit tout ce qui concerne les aspects privés et entre donc systématiquement en concurrence avec tous les autres systèmes politiques et culturels existants. Elle a une réponse différencié par rapport à eux. Et comme elle se réclame d'une prescription Divine, celle d'Allah, elle se considère comme seule légitime ... politiquement. Elle n'a donc rien à «partager ». Tout au plus fait-elle des concessions provisoires au déroulé de l'histoire. Mais sans jamais perdre de but les prescriptions divine lui commandant de s'auto-réaliser.
 
La Tunisie déjà mal partie

La Tunisie s'est débarrassé d'un régime autoritaire que Ben Ali voulait transformer en quasi monarchie avec pour successeur son fils. Les Tunisiens ont su profiter de cette fin de règne délétère pour se proposer à eux-même un nouveau départ. Soit.
 
Au cours de cette première élection constituante , du fait de l'émergence de chacun à la parole ( 1624 listes différentes) et du manque de repères démocratiques, seule l'organisation la plus affûtée et ayant la plus grande cohésion idéologique l'a normalement emporté. Ils sont donc désormais en position de force.
 
Et logiquement, comme en Irak, en Afghanistan, en Syrie etc... la charia sera mise en avant comme ( référence à la ) source légitime de la loi.
 
Que son application soit «plus ou moins » traduite dans les textes « constituants » ou « législatifs » n'y changera rien ... à terme. Car l'utilisation du mot lui-même est un programme viral destiné à se répandre. C'est le cheval de Troie de la prise futur de pouvoir.
 
C'est la reconnaissance de l'existence prééminente d'une source (et donc d'une légitimé) divine de la loi. D'une loi humaine qui devra se conformer à cette source (divine). Qui est déjà écrite et ne demande qu'à être appliquée ... parce que la Loi divine l'exige elle-même. Et, à titre d'exemple, ce que dit Mahomet à propos du voleur à qui l'on doit couper la main est bien dans le Coran, texte parfait, intouchable, et inné inscrit de tous temps dans les cieux ( selon le Coran lui-même ...).
 
La charia inspirera et orientera l'application de ces textes. Épaulée par la partie la plus mobilisée de la population qui elle a déjà prouvée qu'elle était prête à tout pour faire « respecter » devant des soldats « laïcs » amorphes le respect « religieux » qui lui est dû. A ce propos l'attaque de la chaine de TV privé et l'incendie de la maison de son directeur ne sont qu'un avant goût des lendemains qui déchantent de l'hiver arabe qui s'annonce.


Lu le témoignage de Faouzia Farida Charfi sur
 http://www.atlantico.fr/decryptage/...
 
"Reconnus depuis la révolution du 14 janvier, les dirigeants d’Ennahdha se sont régulièrement exprimés pour développer leurs points de vue sur leur conception de l’État, du droit, de la société. L’interview de leur dirigeant Rached Ghanouchi le 2 août 2011 par la 1ère chaîne de télévision égyptienne dans l’émission « sabah el khir ya masr » n’est pas passée inaperçue : il a déclaré que l’objectif ultime des musulmans est l’instauration du califat. Certes il souligne que cet objectif ne peut être réalisé dans le court terme mais dans le cadre d’un programme politique qui s’étend sur les 4 à 5 années.
 
(...)
 
Aujourd’hui, certaines étudiantes ne se contentent pas de porter ce voile, elles portent le voile intégral et exigent de le garder dans les établissements universitaires. Les évènements récents à l’université ne portent pas à l’optimisme, menaces de mort et campagne calomnieuse dans certaines mosquées de la part de défenseurs autoproclamés de la religion contre des responsables d’établissements universitaires, interdiction d’accès à l’Université de théologie à des enseignantes de cet établissement ne portant pas le voile…"

 

Retour à l'accueil