Cela s’est passé mercredi 8 février dernier, mais le quotidien La Nouvelle République n’a signalé l’événement que dans son édition du 11 février et sous le titre « Vol dans une chapelle ». Voici l’article dans son intégralité suivi de deux ou trois commentaires…

« Mercredi, vers 13 h 30, des inconnus se sont introduits dans la chapelle Saint-Joseph, route de Bellevue, après avoir escaladé un balcon à l’aide d’une corde. Une fois à l’intérieur, les intrus ont cassé une statue, arraché la porte du tabernacle (lieu où le prêtre range les hosties consacrées), et volé les trois hosties consacrées, laissant sur place calice, ciboires et vases sacrés. « C’est un sacrilège, affirme l’abbé Thierry Massé, encore sous le choc. Cet acte nous atteint, nous catholiques, dans ce qui est le plus précieux de notre foi. » Surpris par la locataire de l’appartement le plus proche, les malfaiteurs ont pris la fuite. Selon le premier signalement, il s’agirait de deux hommes relativement jeunes. Une plainte a été déposée et la brigade de Châtillon-sur-Indre a ouvert une enquête. D’après les enquêteurs, ce vol n’aurait aucune portée religieuse. Il s’agirait d’un simple acte de délinquance. L’émotion est pourtant grande à Châtillon. Mgr Armand Maillard, archevêque de Bourges, viendra spécialement à Châtillon, mardi 14 février, à 18 h, afin de célébrer une messe de réparation dans la chapelle. »

Vous avez bien lu : « aucune portée religieuse », un « simple acte de délinquance »… Quand journalistes et enquêteurs nous prennent pour des imbéciles ! Quel simple délinquant aurait l’idée de laisser sur place ce qui a une valeur marchande (« calice, ciboires et vases sacrés ») pour n’emporter que trois hosties consacrées ? Il s’agit là d’une profanation et d’un sacrilège caractérisés, n’en déplaise aux pandores et aux journalistes obtus.

 

 

Sources : La Nouvelle République, Le Salon Beige (pour le communiqué du curé, d’une tout autre tonalité que La Nouvelle République…) Observatoire de la christianophobie

Retour à l'accueil