Dans son rapport annuel publié mardi , la Commission des États-Unis sur la Liberté Religieuse dans le Monde note que la Turquie sous le gouvernement de Recip Tayyip Erdogan, malgré son statut de démocratie électorale, n'a toujours pas reconnu un statut juridique complet aux communautés religieuses.

Les représentants du gouvernement turc contrôlent et s'ingérent régulièrement dans les affaires internes de gouvernance, d'éducation, et du culte qui sont internes à ces communautés.

La commission interpelle également la Turquie - avec l'Arabie Saoudite, l'Iran et le Venezuela - pour l'incitation au , et la tolérance de l'anti-sémitisme.

"Les nations qui foulent aux pieds le droit fondamental de ses citoyens de pratiquer librement une religion - ou de ne pas pratiquer de religion - fournissent un terrain fertile pour la pauvreté, l'insécurité, la guerre, la terreur, la montée de mouvements et activités radicaux», a déclaré le président de la commission Leonard Leo. Les membres de la Commission décrivent la liberté de religion comme souvent, «la première liberté menacée par la tyrannie et la terreur."
... ...
La liste complète des 16 pays où la liberté religieuse est foulée de manière flagrante : Birmanie, Chine, Egypte, Erythrée, Irak, Iran, Nigéria, Corée du Nord, Pakistan, Arabie saoudite, Soudan, Tadjikistan, Turquie, Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Vietnam. 

«Ce n'est pas un hasard que ces nations font partie des endroits les plus dangereux et déstabilisant sur la terre», mettant l'accent sur la relation entre la stabilité d'un pays et la façon dont son gouvernement permet à ses citoyens de pratiquer librement, de changer leurs croyances, ou à encourager les autres à se joindre leur religion.
Étant donné que la commission est «bipartisane», il serait intéressant de voir si et dans quelle mesure le vote a été influencé par les lignes de parti.

 

http://observatoiredumoyenorient.blogspot.fr/

Retour à l'accueil