Le 27 décembre 2011, l´historienne libano-palestinienne Bayan Nuwayhed Al-Hout signait un article du quotidien libanais Al-Akhbar, abordant notamment le sujet du Protocole des Sages de Sion et de son lien au judaïsme, au mouvement sioniste et à l´Etat d´Israël. (1)

Dans son article, Al-Hout affirme que le Protocole est le fidèle reflet de l´idéologie sioniste et de la pensée juive, son essence véritable étant l´aspiration juive à diriger le monde de diverses manières. Ainsi selon elle, "la question de l´authenticité des Protocoles n´est plus pertinente".

Al-Hout écrit : "Ceux qui jugent les Protocoles par le texte même pourraient y voir un conte imaginaire impraticable plus qu´un programme politique. Toutefois, ceux qui jugent le Protocole par leur esprit, et leur essence générale, s´apercevront qu´ils sont la reproduction exacte des déclarations et des écrits de dirigeants sionistes passés et présents, et des principes du mouvement sioniste."

Selon Al-Hout, "l´idée sioniste et les plans sionistes avant l´époque d´Herzl, pour ne rien dire de ce qu´il y eut après, comme [les plans de] Ben Gourion et de Begin, sont imprégnés de l´esprit des Protocoles et de leur essence générale. L´atteinte à la démocratie et l´éloge de la dictature sont les pierres angulaires de l´Etat selon Herzl. L´utilisation de l´argent à des fins politiques est sa méthode. Les médias, ou "la presse", selon le langage des Protocoles, ont été utilisés par Herzl et le sionisme, comme ont le voit dans (…) les médias occidentaux, notamment américains, actuellement sous contrôle sioniste."

Concernant le lien entre judaïsme et Protocoles, Al-Hout écrit : "[Les Protocoles] collent parfaitement [à la ligne] des grands rabbins à travers les âges, et au Talmud lui-même. Le Peuple élu est un concept talmudique fondamental ; celui-ci serait élu pour diriger et dicter." Al-Hout tenait des propos similaires dans son ouvrage Palestine : cause, peuple et culture, publié en 1991.

Son présent article entend réagir au propos d´Assad Abu Khalil, professeur de sciences politiques de l´Université de l´Etat de Californie, qui a dernièrement publié un article critiquant l´ouvrage de Gilbert Achcar Les Arabes et l´Holocauste. Il évoque aussi le livre d´Al-Hout. (2)

Abu Khalil accuse Al-Hout de fonder sa thèse sur les Protocoles, dont l´authenticité est mise en cause, ajoutant qu´elle suit la voie tracée par son père, Ajjaj Nuwayhed, également grand admirateur des Protocoles. Il convient de noter qu´Ajjaj Nuwayhed fut le premier à traduire les Protocoles en arabe dans son livre Le Protocole des Sages de Sion : textes, leaders et fondements talmudiques. Sa fille, Al-Hout, note dans son article qu´ "il fut l´un des premiers à révéler la nature raciste du sionisme".

Ajjaj Nuwayhed était connu pour ses liens avec le mufti Hajj Amin Al-Husseini, qui en avait fait son secrétaire général du Conseil islamique supérieur, ainsi que l´inspecteur général des tribunaux de la charia en Palestine. Nuwayhed fut également membre de la délégation palestinienne, dirigée par Al-Husseini, au sommet arabe de la Mecque de 1924. Il fut arrêté à plusieurs reprises par les autorités du mandat britannique en raison de ses opinions nationalistes et du contenu de ses ouvrages.

(1) Al-Akhbar (Liban), le 27 décembre 2011

(2) Al-Akhbar (Liban), le 17 décembre 2011

 Dépêche  Spéciale n° 4417

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Retour à l'accueil