syrie

Par N. Mozes -

La décision du président américain Barack Obama de créer une coalition internationale pour lutter contre les organisations terroristes, l’Etat islamique (EIIL) en particulier, a suscité des réactions mitigées au sein de l’opposition syrienne.

La Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution (CNS), dirigée par Hadi Al-Bahra, a salué cette décision, appelant même à accélérer son exécution, en raison de la situation humanitaire catastrophique dans les zones contrôlées par l’EIIL. Toutefois, la CNS souligne que la coalition internationale doit également attaquer les forces du président syrien Bachar Al-Assad, affirmant que celui-ci est à l’origine du terrorisme.

En revanche, les Frères musulmans syriens (FM), également membres de la CNS, s’opposent fermement à une action militaire occidentale contre l’EIIL en Syrie, craignant que son véritable objectif ne soit de combattre l’islam sunnite.

Un désaccord de même type sévit au sein des éléments armés de l’opposition syrienne. Ainsi, certains groupes de combattants acclament la décision ; certains critiquent l’ampleur de l’aide accordée à l’opposition armée ; et d’autres enfin sont opposés à cette décision, et menacent même de réagir violemment.

Ces réactions opposées au sein de l’opposition syrienne reflètent un manque de confiance dans une coalition internationale menée par les Etats-Unis, engendré par la déception face à la gestion américaine de la guerre e Syrie, qui se poursuit depuis près de quatre ans.

Le principal argument de l’opposition tient au fait que l’Occident en général, et l’administration américaine en particulier, n’ont pas pris de mesure décisive pour mettre fin aux crimes de guerre commis par le régime Assad, notamment l’utilisation d’armes chimiques – crimes considérés comme pires que ceux commis par l’EIIL.

Les divergences au sein de la CNS sont principalement d’ordre idéologique. Les FM, en tant qu’organisation politique islamique, craignent d’être assimilés à l’EIIL, et redoutent que le combat contre l’EIIL ne se retournent ensuite contre eux et contre l’islam sunnite dans son ensemble. Ainsi, si les FM condamnent les actions de l’EIIL, leurs déclarations soulignent leur opposition à la coalition internationale. Cette position reflète celle des FM en Egypte, qui s’opposent également à la coalition internationale et s’interrogent sur les vraies motivations de cette lutte contre le terrorisme.

Selon une déclaration des FM du 16 septembre 2014, ces dernières années, l’Occident a soulevé la bannière de la « guerre contre le terrorisme » comme prétexte pour attaquer, diviser et occuper le monde islamique, et les musulmans arabes sont recrutés pour combattre leurs coreligionnaires. Cheikh Yousuf Al-Qaradhawi, chef de l’Union internationale des savants musulmans et chef spirituel des FM, a également exprimé son opposition à la coalition internationale menée par les Etats-Unis, disant qu’elle sert les intérêts américains.

En revanche, la CNS, dans sa composition actuelle, considère qu’un coup porté à l’EIIL, contre lequel elle se bat, servira finalement ses intérêts si ses forces sont armées.

Malgré les différences de positions, on retrouve certains points communs :

1. La lutte contre les organisations terroristes doit commencer par l’éradication de la cause de leur existence et de leur propagation à travers toute la Syrie – c-à-d le régime d’Assad et les milices qui le soutiennent.

2. La crainte que l’attention internationale sur les organisations terroristes ne renforce la position du régime Assad qui affirme lutter contre le terrorisme, et ne délégitime ce faisant la révolution.

3. L’appel à permettre aux forces modérées sur le terrain de combattre le régime d’Assad et l’EIIL simultanément, en leur fournissant des armes de qualité et en collaborant avec elles.

4. Critique à différents niveaux de la gestion par l’administration américaine de la crise syrienne.

Ce document passe en revue les réactions des différents éléments au sein de l’opposition syrienne face à la décision du président Obama de lancer une action militaire contre les organisations terroristes, et en particulier l’EIIL.

Lire le documpent intégral en anglais

 

http://www.memri.fr/2014/10/22/une-opposition-syrienne-divisee-face-a-la-coalition-antiterroriste-internationale/

Retour à l'accueil