Mes informations ne sont pas suffisamment complètes pour dresser un constat approfondi des événements tragiques qui viennent de se dérouler dans le district de Kokhrajhar (Assam, extrême nord-est de l’Inde). Ce qu’indique une dépêche du 24 juillet d’UCAN India n’est pas suffisant pour se faire une idée précise. Selon Jana Basumatury, responsable laïc catholique dans ce district : « Nous avons affaire à une situation de quasi guerre. Nous ignorons ce qui va se passer ». Il semble qu’à l’origine de ces violents affrontements qui ont fait au moins 32 morts, selon les sources policières, on trouve l’exacerbation d’Indiens “tribaux” de l’ethnie Bodo, due à l’afflux continuel depuis des années de colons musulmans, les premiers accusant les seconds d’avoir tué quatre jeunes Bodos le 20 juillet dernier. Ce groupe tribal, reconnu par la Constitution de l’Union indienne, compterait 1,3 million d’individus dont un nombre non négligeable (autour de 10 %) serait chrétiens. Plus de 50 000 Bodos ont fui leurs villages – certains ont été incendiés par des musulmans – et sont réfugiés dans une quarantaine de camps d’urgence protégés par les forces de l’ordre. Les autorités ont décrété un couvre-feu et ordonné aux forces de l’ordre (environ 1 500 personnels déployés) de tirer à vue sur les émeutiers.

D.H.

Source : UCAN India et http://www.christianophobie.fr/

Retour à l'accueil